Inscription à la newsletter :

25.10.2011

(Un)Forbidden City - Alessi

Cap vers la Chine

Cap vers la Chine
Cap vers la Chine
Cap vers la Chine
Cap vers la Chine
Cap vers la Chine
Cap vers la Chine

Communiqué de presse

Le projet


« (Un)Forbidden City » est le nouveau métaprojet d’Alessi géré par Gary Chang, qui vise à explorer les potentialités de la conception de produits Chinois.
Sous la responsabilité du designer Gary Chang, qui était un des 22 architectes du projet « Tea & Coffee Towers » en 2003, Alessi a invité 7 architectes Chinois réputés (Chang Yung Ho, Liu Jia Kun, Ma Yan Song, Urbanus, Wang Shu, Zhang Ke et Zhang Lei) qui ont été priés, pour la première fois dans l’histoire, de s’attaquer à un projet de design industriel, et de donner leur propre interprétation d’un des archétypes les plus typiques d’Alessi : le plateau. Les résultats de ce nouveau métaprojet ont été dévoilés durant la semaine du design de Pékin, la Beijing Design Week 2011, inaugurée par un vernissage de presse officiel au centre China Shijitan Contemporary Art Center le 26 septembre, avec la collaboration du Beijing Industrial Design Center. Les huit projets, qui incluent le design de Gary Chang, ont été présentés dans une exposition spéciale gérée par Gary Chang dans la galerie Aether Art Space de Sanlitun, à la présence d’Alberto Alessi et des auteurs.
Cette exposition a été officiellement inaugurée le 28 septembre, et durera jusqu'au 31 octobre 2011.
Les huit projets entreront en production au début de l’année prochaine, et seront lancés dans la collection du Printemps Eté 2012, comme faisant partie du catalogue Officina Alessi.
Les projets de Chang Yung Ho, Wang Shu, Zhang Ke et Zhang Lei ont utilisé l’acier inoxydable, le projet de Ma Yansong a utilisé l’acier inoxydable et l’acajou, le projet de Liu Jiakun a utilisé l’aluminium et l’acier inoxydable, le projet de Gary Chang l’acier inoxydable et la mélamine, et le projet Urbanus la mélamine.
La « (Un)Forbidden City » est une opération de design qui a des précédents importants dans l’histoire d’Alessi : les deux œuvres susmentionnées, « Tea & Coffee Towers » en 2003, et « Tea & Coffee Piazza » en 1983. Le terme de métaprojet se réfère à l’aménagement d’un scénario socioculturel hypothétique, qui pourra servir de nichoir pour de nouveaux projets.
En bref, le métaprojet essaie de représenter une société (dans notre cas, une société de consommation) que nous voudrions contribuer à influencer, et aussi les produits et les designers qui devraient y être impliqués.
Les projets « Tea & Coffee Towers » et « Tea & Coffee Piazza » avaient pour but de découvrir de nouveaux parcours possibles pour le design italien, et d’explorer de nouvelles façons de comprendre des aspects de l’architecture et du design industriel. Les résultats de ces deux projets furent exceptionnels : d’une part ils contribuèrent à amener des designers étrangers à joindre le design italien, et d’autre part, au niveau pratique, ils stimulèrent la création de collaborations importantes avec plusieurs des architectes impliqués, qui devinrent, au cours des années suivantes, des designers importants pour Alessi : il suffit de penser à la cafetière « La conica » d’Aldo Rossi, ou à la bouilloire « 9093 » à sifflet en bec d’oiseau de Michael Graves, ou aux collections de tables de David Chipperfield, aux Future Systems de Doriana et Massimiliano Fuksas, aux services à café et à thé de Jean Nouvel, ou à SANAA et aux projets conçus par Zaha Hadid.
Avec le projet « (Un)Forbidden City », Alberto Alessi a décidé de jeter un coup d’œil pour la première fois sur la Chine, en associant au projet une poignée d’architectes exclusivement chinois.
La transformation dramatique qui a cours en Chine est source d’une discussion qui tourne autour d’un plateau, qui fournit une occasion parfaite pour étudier la fabrication des choses et pour partager des points de vue sur l’architecture, à partir des traditions culturelles de l’Asie et du monde occidental. Tout comme on avait choisi les services à thé et à café comme symboles du monde ménager pour créer des microarchitectures pour la table, ici c’est le plateau qui symbolise une sorte de pont entre deux cultures apparemment très éloignées l'une de l'autre, dans l’intention commune de rénover le paysage ménager, tout en cherchant de nouveaux talents dans le monde de l'architecture.
Avec le projet « (Un)Forbidden City », Alberto Alessi se demande, d’une manière presque provocatrice, s’il y a une frontière entre la production et la pensée, qui est le designer et qui est le producteur : l’acte de fabriquer, c’est-à-dire de donner une forme à une idée, serait-il vraiment très différent de l'acte de concevoir, c'est-à-dire de donner naissance à l'idée elle-même ?
Gary Chang et ses sept architectes essaieront de répondre à ces questions, en ouvrant un nouveau chapitre de l’évolution d’Alessi comme Fabrique du design italien.

Le projet « (Un)Forbidden City » a été possible grâce à la collaboration de M. Chen Dong Liang, du Beijing Industrial Design Center.
Nous remercions vivement Vittorio Sun pour la coordination Italie – Chine.


L’exposition


« (Un)Forbidden City » dans la galerie Aether Art Space de Sanlitun, Pékin.

Cette Galerie se transforme en une salle de jeu de Mahjong, typique à Hong Kong et dans d’autres villes chinoises, un endroit rendu célèbre comme toile de fonds pour de nombreux films de gangsters de Hong Kong.

Au lieu de la Salle de Mahjong normale, bruyante et pleine de monde, nous avons une salle surréelle avec 12 tables de Mahjong, chacune d’elles représentant un des 8 designs du Projet « (Un)Forbidden City », ainsi que des tables spécifiques pour des introductions présentées par Alberto Alessi et Gary Chang, le coordinateur du métaprojet.
2 autres tables servent à introduire l’Histoire d’Alessi, et une table « réelle » de mahjong avec 144 blocs de mahjong représentant les 144 icônes d’Alessi.

Chaque table de mahjong a, comme il se doit, 4 tiroirs contenant de petits moniteurs ACL capables de fournir des informations détaillées.
L’atmosphère de la salle sera encore plus explicite grâce à la bande sonore spécialement prévue, reproduisant l’ambiance d’une salle de mahjong, avec la voix de quelqu’un qui murmure les concepts des 8 designers.
Contrastant avec la salle de mahjong, il y a, cachée dans un coin, la « Salle de Lecture » immergée dans un Rouge profond, la couleur de la Cité Interdite.

Les visiteurs sont accueillis par une parade d’environ 100 Icônes Alessi, tout autour des fauteuils de lectures qui sont placés au centre de la pièce. C’est ici que les invités peuvent s’asseoir et regarder les publications d’Alessi.

Gary Chang, 2011
Magazine Wunnen
www.wunnen-mag.lu | info@wunnen-mag.lu