Inscription à la newsletter :

14.12.2020

« Eng Nei Stad » : la reconversion du site de Belval racontée aux enfants


Voici un livre bien sympathique qui raconte sous forme de bande dessinée comment l’ancien site sidérurgique de Belval a été reconverti en une ville nouvelle, active et multifonction. A l’origine du projet éditorial, l’architecte Anne Stauder, qui en a également signé la conception et les textes.
« L’idée d’écrire une histoire pour enfants sur le site de Belval m’est venue lors mes visites guidées pour le jeune public organisées par le Fonds Belval. L’ascension du Haut Fourneau était l’attraction principale, mais en tant qu’architecte et urbaniste, il était important pour moi d’expliquer aux enfants le patrimoine industriel, l’urbanisme et l’architecture, principaux marqueurs du site transformé. Ainsi j’ai commencé à raconter des histoires sur le site ».
A partir de cette idée originale, Anne Stauder a développé le projet d’un livre, en collaboration avec Claudine Furlano de Zoom éditions, et les illustratrices Alice Coune, Deborah Velazquez et Aurélie Wilmet. Ensemble, les autrices s’attèlent à la création d’un récit et de plusieurs personnages de fiction. Le tout est articulé sous forme de petites scénettes composées d’éléments de maquette découpés en 3D, de collages, de surfaces colorées à la peinture à l’acrylique sur cartons, de dessins aux feutres et au bic, de photographies ou encore de retouches digitales.
Au final, le projet aboutit à la publication d’un livre dessiné/peint de très bonne facture. Visuellement, le résultat est très plaisant, à la fois ludique, stylisé et parfaitement lisible par les publics de tout âge. L’histoire est limpide et épurée, elle en appelle aux bons sentiments et au désir inné chez les jeunes d’agir de façon bienveillante. Tout en leur donnant un objectif clair pour que leur engagement soit utile et réellement bénéfique.

Grand-père est triste, mais les enfants vont l'aider


C’est l’histoire du grand-père de Pol à la retraite qui a la nostalgie du temps où il travaillait dans l’usine de Belval. « C’était une époque difficile, il fallait se lever tôt, le travail était dur, il y avait beaucoup de saleté, de poussière et de bruit, mais j’avais de bons amis ». Grand-père est triste, car l’usine a entre-temps fermé, tout va être démoli et les machines vont disparaître… Il aimerait que quelque chose demeure en guise de témoignage pour les générations futures. Le petit Pol discute du problème avec son amie Lola. Celle-ci a toujours de bonnes idées et propose de « bâtir une nouvelle ville pour y vivre ensemble et s’y promener tous les jours ».
Pour faire renaître le site de Belval, les deux amis font appel à plein de petits copains : Susi la chauve-souris réalise un repérage photographique du territoire vu du ciel, Nina la fourmi architecte supervise les opérations, Elise la chouette construit un laboratoire pour faire des expériences, Udo amène la lumière, et Roland le jardinier crée la végétation, les bassins d’eau et les plantes. Un véritable chantier pharaonique mené à son terme grâce à l’engagement d’une bande d’amis et d’experts. Les petits héros attachants de cette histoire réussissent ainsi à « recycler » l’ancien site sidérurgique et à faire d’Esch-Belval est une nouvelle ville, tout en préservant la culture et le patrimoine industriel, comme dans la réalité. Au fil des pages, on voit ainsi surgir les différents éléments qui vont constituer cette nouvelle cité : une Maison du Savoir pour transmettre les connaissances ; une nouvelle bibliothèque (Luxembourg Learning Centre) édifiée à partir d’un bâtiment historique pour apprendre et abriter les livres ; une « boîte à musique » (Rockhal) pour faire la fête et inviter ses amis ; une Maison des Arts et des Etudiants symbolisée par un diamant. Les hauts-fourneaux, Möllerei, Massenoire, laboratoires, habitations, salle de sports, parc, forêts, jardins, aire de jeux, vélos, font partie du projet, car il faut « habiter l’espace, y travailler, jouer, faire ses courses et tout simplement s’asseoir sur un banc et manger une glace ». Au final, même les grands-parents de Pol sont invités à venir habiter dans l’un des logements nouveaux construits au cœur de la nouvelle cité.

Expliquer la conception d'une ville de façon amusante


Anne Stauder précise le sens pédagogique derrière cette belle histoire : « Qui de nous n’a jamais essayé d’entrer sur un chantier interdit étant enfant ? C’est comme une grande aire de jeux avec des structures intéressantes racontant une histoire réelle et évoquant un monde magique et féerique. Une ville nécessite des infrastructures, rassemble des fonctions, doit être planifiée. Chaque nouveau bâtiment est une œuvre imaginée par un architecte, un personnage en l’occurrence dans le livre, avec ses spécificités créatives, mais aussi avec des fonctions particulières ».
Ce beau livre est disponible en trois langues : français, anglais et luxembourgeois
Prix de vente : 18€
Disponible à la Massenoire ou sur commande : fb@fonds-belval.lu
« Eng nei Stad ». Edition : Le Fonds Belval.
Auteur, idée et conception : Anne Stauder.
Illustrations : Alice Coune, Deborah Velazquez, Aurélie Wilmet.
Mise en page : Zoom éditions, Differdange.
Magazine Wunnen
www.wunnen-mag.lu | info@wunnen-mag.lu