Inscription à la newsletter :

Article publié le 25 janvier 2010 - Wunnen n° 17 - février-mars 2010

02.04.2010

La détermination d’une ville

Ville de Diekirch

Ville de Diekirch
Chef-lieu de district et de canton, Diekirch est une petite ville de 6000 habitants, située au bord de la Sûre et entourée de collines verdoyantes. Bénéficiant d’un emplacement stratégique entre le Gutland et l’Oesling, Diekirch offre une diversité d’attractions concentrées sur un petit espace : musées, monuments historiques, commerces, restaurants, activités sportives et culturelles, promenades le long de la rivière ou dans la forêt…



Influencée peut-être par son environnement idyllique, Diekirch a toujours cultivé un art de vivre décontracté et ouvert. Ainsi, elle a été la première commune au Grand-Duché à créer une zone piétonne dans son centre ville, en 1977. Ce quartier, appelé « Al Dikrich », est un plaisir pour le flâneur, qui peut y découvrir une belle galerie de magasins, cafés et ruelles pittoresques.
Diekirch est associée à quelques emblèmes forts qui marquent son histoire : la culture brassicole – qui ne connaît pas la bière du même nom que la ville ? -, la Bataille des Ardennes, la caserne militaire sur les hauteurs du Herrenberg, l’école hôtelière, la traditionnelle cavalcade de Carnaval et, bien sûr, la figure symbolique de l’âne.
L’esprit bercé par la nature, Diekirch attend sereinement la finalisation de la Nordstrooss, cette liaison routière express avec la capitale, qui probablement amènera son lot de grands changements. Quoi qu’il en soit, Diekirch est déterminée à préserver son cadre de vie, ainsi que nous le confirme le bourgmestre Jacques Dahm dans l’interview qui suit.


Ville de Diekirch



« Diekirch continue de recevoir de très nombreux visiteurs, qui viennent découvrir ses musées, son environnement et sa joie de vivre. »



Jacques Dahm, bourgmestre de Diekirch



Ville de Diekirch
WUNNEN : Présentez-nous Diekirch en quelques mots …
Jacques Dahm : La ville de Diekirch est située sur un site exceptionnel, blottie au creux de plateaux boisés et, de ce fait, à l’abri du vent du nord. L’endroit a été habité depuis des millénaires, des fouilles ont relevé des traces de civilisations remontant à 5000 av. J.-C.. Les Romains en particulier ont apprécié la douceur du climat et se sont installés pendant une longue période dans la région. Erigée sur les berges de ce sentier naturel qu’est la Sûre, la ville a toujours été à la croisée des routes et des cultures. Elle a été, et reste, un centre administratif important, chef-lieu de canton et de district, ainsi qu’un centre d’enseignement de renommée, avec le lycée classique, fondé en 1830, et l’école hôtelière, unique en son genre dans le pays.
Quels sont les grands investissements en matière d’infrastructures ?
L’Etat a décidé la construction d’un nouveau lycée technique agricole à Gilsdorf, sur le territoire de la commune de Bettendorf, voisine de Diekirch. Ces infrastructures regrouperont sur un seul campus les classes actuellement réparties sur trois sites. En raison de la forte densité des établissements scolaires, le centre de Diekirch connaît des pics de trafic qui s’avèrent gênants à certains moments de la journée. C’est pourquoi des projets sont à l’étude afin d’améliorer les conditions de circulation : le remplacement du pont haubané rouge par un pont plus large, accessible aux autobus, la construction d’une route de délestage permettant au trafic de contourner Diekirch et d’accéder directement aux routes vers Echternach ou Vianden.
Nous sommes entrés dans la phase finale de la construction du nouveau complexe scolaire, qui devra être achevé pour la rentrée de septembre 2010. Il est destiné aux classes de l’enseignement précoce, préscolaire et primaire. Il comprend également une maison relais et des installations sportives.
En ce qui concerne le Conservatoire, le collège échevinal a décidé d’élaborer un concept pour réaménager l’école primaire Sauerwiss après 2010, de sorte qu’elle puisse accueillir l’école de musique avec tous ses départements.
Mentionnons également le projet de réaménagement de l’hôtel de ville, qui vise, entre autres, à le rendre accessible aux personnes à mobilité réduite.




Un lycée à l’unité retrouvée


Ville de Diekirch
Ville de Diekirch
Ville de Diekirch

Menée à terme par le bureau d’architecture Hermann & Valentiny, l’extension et le réaménagement du Lycée classique de Diekirch (LCD) ont transformé celui-ci en l’une des infrastructures les plus modernes et accueillantes du pays, tout en gardant la trace et la mémoire des locaux précédents. Les travaux ont été réalisés en huit phases, échelonnées de 1999 à 2009, afin de garder la majeure partie du bâtiment en fonction.
Le LCD se présente aujourd’hui comme un ensemble homogène unissant des constructions de différentes natures et époques et accueillant une population estudiantine de 1630 élèves, une véritable « ville dans la ville ».
www.lcd.lu


La population a-t-elle progressé ces dernières années ?
Même si nous avons signé le pacte logement avec le ministère du Logement, force est de constater que, pour le moment, la population stagne. On constate beaucoup de mouvement, de nombreuses personnes qui viennent et partent. Le problème à Diekirch est de trouver des places à bâtir. Le fait que nous nous trouvons dans la vallée est un atout, mais parfois c’est un handicap. La Sûre a en effet la fâcheuse habitude de sortir de son lit de temps à autre, en conséquence de quoi les terrains qui la bordent ne sont pas constructibles. Par ailleurs, il est hors de question d’étendre les limites habitables vers les alentours, car nous souhaitons préserver la ceinture verte qui entoure la ville.

Comment créer du logement, alors ?
Une série de projets prévus vont avoir un impact certain sur le développement urbain de Diekirch. Ainsi, dans le cadre de la Nordstadt, des réflexions et études sont engagées pour une reconfiguration de l’entrée de Diekirch, impliquant à la fois des zones industrielles et des terrains communaux adjacents à la Al Seeërei. Le nouveau quartier regroupera activités, services et habitat. Il s’étirera depuis la rivière jusqu’à la colline, englobant le nouveau boulevard urbain entre Diekirch et Ettelbruck. Ce projet, qui porte sur une échéance de dix à quinze ans, constituera la plus grande création d’habitat dans notre commune.
Par ailleurs, différents lotissements sont en cours qui ont également un impact sur l’offre de logements. Citons par exemple le projet Eifel-Haus de l’îlot Alexis Heck, une réalisation ambitieuse sur les rives de la Sûre, comprenant plusieurs bâtiments multifonctionnels, des appartements, des surfaces de bureaux et commerces, des résidences services ainsi qu’un centre intégré pour personnes âgées.

Avec quel esprit appréhendez-vous la finalisation de la Nordstroos ?
C’est une étape qui va certainement avoir un impact fort sur le développement de la Nordstadt et de Diekirch. On aimerait toutefois que les conditions soient données pour que les gens, non seulement viennent habiter ici, mais aussi qu’ils puissent y travailler. C’est pourquoi il est important que l’Etat ait défini la Nordstadt comme un troisième grand pôle de développement pour le pays, et qu’il envisage d’y implanter différentes administrations. Dans le cadre de l’IVL (Integratives Verkehrs-und Landesentwicklungskonzept), il faut trouver des ensembles territoriaux cohérents liant le travail, l’habitation et les achats, afin de réduire les déplacements en voiture. Au niveau de la Nordstadt, différentes actions et stratégies sont définies, notamment en ce qui concerne le plan d’aménagement général, mais on peut regretter que les choses ne progressent pas plus vite en ce qui concerne les investissements et qu’on ne soit pas encore arrivé à des signes plus visibles de la coopération.




Un film animé grandeur nature


Ville de Diekirch
Ville de Diekirch
Ville de Diekirch
Ville de Diekirch
Situé dans les bâtiments de l'ancienne brasserie de Diekirch, le Musée national d'histoire militaire raconte, de façon poignante, les événements de la Bataille des Ardennes durant l’hiver 1944-45. Plus de 3.000 m² de surface d’exposition et de nombreux dioramas à l’échelle 1:1 offrent une vision détaillée des opérations militaires et des situations tragiques qui ont marqué la ville et la région. Des salles spéciales montrent d’importantes collections d’armes, d’uniformes, d’équipements militaires de tout genre, des véhicules à roues et à chenilles, ainsi que de nombreux objets personnels, des photos, documents et cartes. La pièce maîtresse du musée est la représentation minutieuse de la traversée de la Sûre près de Diekirch, le 18 janvier 1945, par des unités de la 5e division d’infanterie américaine. La deuxième partie du musée est consacrée à l’histoire des forces armées luxembourgeoises, depuis la création du Grand-Duché jusqu’à nos jours. Une sélection de dioramas grandeur nature couvre les importants chapitres et aspects-clefs de l’armée luxembourgeoise d’après-guerre. D’autres sections sont consacrées aux Luxembourgeois au service des forces alliées pendant la Première et la Seconde Guerre mondiale, ainsi que pendant la guerre de Corée. Les missions luxembourgeoises au sein des Nations unies sont également traitées et d’autres expositions racontent de la vie militaire quotidienne.
www.nat-military-museum.lu
Source : Wikipedia



La commune de Diekirch est surtout connue pour ses attraits naturels et culturels, mais qu’en est-il du commerce, de l’artisanat et de l’industrie ?
Autrefois, le commerce et l’artisanat se transmettaient de génération en génération, de père en fils, mais le cycle s’est petit à petit essoufflé. Circonscrite dans la vallée, Diekirch offre peu de possibilités aux entreprises de s’agrandir et de développer leurs activités. Lorsque l’extension s’avère indispensable, les sociétés s’installent dans des zones à l’extérieur de la ville.

Que faites-vous pour la préservation du patrimoine ?
Le service des sites et monuments a fait un relevé du patrimoine dans la commune, mais il faut bien se rendre compte qu’il n’est pas possible de sauvegarder tous les bâtiments. Certains peuvent sembler intéressants, mais ils ne sont pas conservables, parce qu’ils sont trop vétustes, ou qu’il faudrait investir beaucoup trop d’argent pour les sauver.
La commune étant située dans un environnement naturel aussi favorable, il faudra sans doute favoriser le développement du tourisme...
Diekirch a toujours eu une vocation touristique, on peut même dire qu’elle est le berceau du tourisme national. Ainsi, en 1855, Alexis Heck a créé l’Hôtel des Ardennes, un concept hôtelier innovant pour l’époque, qui offrait à la fois l’hébergement, des structures de bien-être et de loisirs, des activités de pêche et de canotage, des promenades dans la nature, etc. Alexis Heck a attiré dans la région une fidèle clientèle internationale. De nos jours, Diekirch continue de recevoir de très nombreux visiteurs, qui viennent découvrir ses musées, son environnement et sa joie de vivre. Cependant, la saison touristique se concentre sur deux ou trois mois, et les hôtels sont peu nombreux. Afin de recréer une aire de baignade et de canotage sur la Sûre, comme cela a déjà existé à une époque, nous prévoyons de construire un barrage mobile qui, en été, permettrait la création d’un plan d’eau, et, en hiver, pourrait s’effacer en cas de crue. Par ailleurs, en matière d’offre et de promotion touristique, il est à espérer que de nouvelles synergies soient établies dans ce sens dans le cadre de la Nordstadt.


www.diekirch.lu
Photos : P. Lobo
Magazine Wunnen
www.wunnen-mag.lu | info@wunnen-mag.lu