Inscription à la newsletter :

Article publié le 27 juin 2008 - Wunnen n° 8 - juillet-août 2008

27.06.2008

Commune de Schengen

Au pied des vignes, un souffle d’Europe

Au pied des vignes, un souffle d’Europe


Schengen est la commune qui a le plus d’ensoleillement au Luxembourg. La région bénéficie d’un climat très doux qui favorise une flore spéciale sur les bords de la Moselle. Mais Schengen, c’est aussi, depuis 1985, un nom associé mondialement à une idée d’Europe sans frontières.

Sous ces cieux, on respire. Quand on monte sur le versant de la colline et que l’on se retrouve au milieu des vignes, on embrasse du regard un immense paysage noyé de lumière où la nature et les hommes semblent s’entendre comme de bons camarades. On entend le gazouillis des oiseaux, les bruits du village, le chien qui aboie, le clocher qui salue. Comme les feuilles de la vigne, on se laisse caresser par les doux rayons du soleil et le souffle léger du vent. En bas, on distingue les maisons, les bâtiments anciens et les architectures nouvelles, la rivière, l’Allemagne voisine, les étangs de la zone ‘Haff Réimech’.
Mais il y a aussi l’Europe.
C’est en effet dans ce petit territoire au charme discret qu’une page importante de l’Europe actuelle s’est écrite. Les accords de Schengen, signés en 1985 et 1990, ont supprimé les frontières physiques entre les pays membres, matérialisant ainsi le principe de la libre circulation des personnes et des marchandises dans l’espace européen. Situé depuis toujours au confluent de plusieurs cultures, littéralement au cœur de l’Europe, Schengen est devenu synonyme de la nouvelle liberté des Européens de circuler, voyager et se rencontrer.
C’est avec l’Europe et le vignoble en tête que nous sommes venus à la rencontre de Roger Weber, bourgmestre de Schengen, afin qu’il nous parle de sa région.


Localités : Remerschen, Schengen, Wintrange
Superficie : 10,63 km2        
Superficie de la forêt communale : 243 ha
Population : 1.602 habitants


Au pied des vignes, un souffle d’Europe








« Le rayonnement international du nom de Schengen présente des avantages pour notre économie, notre viticulture, notre tourisme. »



Roger Weber, bourgmestre de Schengen





Au pied des vignes, un souffle d’Europe

Le château de Schengen


Le château de Schengen a été construit en 1390. La tour, épargnée lors de la destruction du château en 1812, est encore conservée à l’état d’origine. L’actuel château a été reconstruit au 19e siècle sur son ancien emplacement et avec les matériaux d’origine. Le 13 septembre 1871, il a accueilli dans ses murs l’écrivain français, Victor Hugo. En 1939, la Congrégation des Sœurs de Ste Elisabeth a acquis la propriété. Le château est utilisé depuis lors comme foyer de repos et maison de retraite pour les soeurs. Au cours des dernières années, d’importants travaux de restauration et d’aménagement ont été entrepris à l’intérieur. Le château de Schengen est entouré d’un jardin baroque et d’un jardin modèle d’herbes et de plantes aromatiques provenant de plusieurs pays de l’UE. Ces parcs font partie du projet européen ‘Eden -Jardins sans frontières’ et sont accessibles toute l’année.

Quelles sont les principales caractéristiques de la commune ?
Evidemment, le lien à l’Europe et la viticulture sont des symboles forts. Mais il faut absolument ajouter l’élément de la nature. 50% de la superficie de la commune sont engagés dans des projets environnementaux. 50% de nos surfaces de forêts sont des zones protégées. La réserve naturelle ‘Haff Réimech’ par exemple est unique en son genre. Par ailleurs, nous accueillons un grand tourisme de loisirs. La zone de récréation de Remerschen attire chaque année quelque 100.000 visiteurs, toutes nationalités confondues, Luxembourgeois, Allemands, Français.

Qu’est-ce qui a changé pour la commune après la signature de l’Accord européen en 1985 ?
Pour l’Europe, ces accords ont représenté une avancée historique. Pour Schengen, cela a été un peu la célébrité du jour au lendemain. Sur le plan international, tout le monde a fini par savoir où se trouvait Schengen. Sur le plan pratique, nous recevons très souvent des visiteurs, curieux de découvrir notre histoire, nos activités. Les croisières sur la Moselle font bien sûr escale à Schengen. Lors des visites officielles, les invités d’honneur font souvent un passage par Schengen.


Les Schengenois ont-ils un sentiment ‘d’Europe’ particulier ?
En fait, pas vraiment, nous sommes autant satisfaits de l’Europe que le reste des Luxembourgeois. Nous sommes certainement contents du renom international que notre localité a gagné.


Au pied des vignes, un souffle d’Europe

Le Relais Europe direct à Schengen


Le Centre touristique régional Schengen, situé au bord de la promenade de la Moselle, abrite également le “Relais Europe direct”, un bureau d’information de la Représentation de la Commission européenne au Luxembourg. En 2007, le Centre touristique régional Schengen et le Relais Europe Direct ont compté plus de 10.000 visiteurs, dont la plupart des touristes étrangers.
www.europedirect.lu
www.schengen-tourist.lu

La commune est située à l’une des extrémités du Grand-Duché, en plein cœur du « Pays des Trois Frontières ». Comment cette situation géographique influe-t-elle sur son identité ?
Nous entretenons depuis toujours de très bonnes relations de voisinage avec les communes de Perl (Allemagne) et d’Apach (France). Il était évidemment un peu plus difficile de se rencontrer autrefois, quand les postes de douane étaient encore en place. Mais depuis l’abolition des frontières, nous cohabitons plus franchement. Entre les équipes communales, nous travaillons ensemble sur de nombreux projets. Au niveau des habitants, nous circulons très facilement et très volontiers d’un pays à l’autre, avec un bon sens de la convivialité.

Pourquoi le changement, en 2006, du nom de la commune (de Remerschen en Schengen) ?
Le nom de Schengen a acquis une renommée internationale liée à l’idée de liberté de mouvement. Ce rayonnement présente, bien entendu, des avantages pour notre économie, notre viticulture, notre tourisme. On peut dire que ‘Schengen’ est devenu quelque chose comme un ‘brand’ de portée mondiale. C’est pourquoi nous avons décidé de le reprendre dans l’intitulé de notre commune.



Au pied des vignes, un souffle d’Europe
Au pied des vignes, un souffle d’Europe

La tradition transfrontalière


Le territoire de Schengen est relativement serré dans ses contours. C’est pourquoi depuis toujours les vignerons ont eu pour coutume d’exploiter des terrains en dehors de ces délimitations. Comme Schengen se trouve en plein cœur du ‘pays des trois frontières’, les vignerons ont trouvé des possibilités d’acquérir des terrains en France ou en Allemagne. L’exploitation vinicole d’un même domaine luxembourgeois peut donc fort bien s’étendre dans les communes françaises et allemandes voisines. L’exploitation est faite cependant selon les règlements luxembourgeois.





Au pied des vignes, un souffle d’Europe
Ecole de Remerschen - Photo : G.G. Kirchner

Un architecte de renommée internationale


C’est aussi à Remerschen qu’est établi le bureau d’architecture Hermann & Valentiny et Associés, qui jouit d’une renommée considérable tant sur le plan national qu’international. Tout naturellement, les réalisations de ces architectes abondent sur le territoire de la commune, dans le domaine public comme dans le privé, et se marient très bien dans leur modernité avec la nature et le bâti ancien : l’école centrale de Remerschen, l’auberge de jeunesse de Remerschen, la grande structure en bois couvrant la terrasse dans l’aire de loisirs, la propriété viticole H. Ruppert, le Relais Europe direct à Schengen.

Quelle a été l’évolution de la population ces dernières années ?
La population a augmenté dans des proportions raisonnables, de l’ordre de 15 à 20% en 5 ans. Nous aimerions aisément accueillir plus d’habitants. Nous regrettons certainement que de nombreux Luxembourgeois se sentent contraints de s’installer en Allemagne, où ils accèdent plus facilement à la propriété. Il est un fait que nous sommes en manque de terrains à bâtir et de lotissements nouveaux. Nombre de propriétaires privés souhaitent garder leurs terrains. Le nouveau PAG, que nous espérons voir approuver bientôt, prévoit de nouveaux sols constructibles et devrait répondre à la demande.

Quelle est la politique du logement poursuivie ?
L’une de nos préoccupations consiste à soulager nos localités du trafic généré par le ‘Tanktourismus’ (tourisme à la pompe). Le passage des voitures et des poids-lourds constitue en effet une grande nuisance pour nos villages. En ce qui concerne le développement de l’habitat, il nous faut agir avec tact. Dans un contexte où tout le monde connaît tout le monde, il n’est pas possible par exemple de faire appliquer les dispositifs du pacte logement aveuglément. Beaucoup de terrains sont des propriétés qui sont transmises de famille en famille. Il faut respecter cela. Pour les nouveaux lotissements, nous favorisons les constructions au cachet rural qui doivent s’intégrer harmonieusement dans l’environnement. Des résidences surdimensionnées trouveraient difficilement leur place dans nos paysages.

Quelles ont été les priorités pour la Commune en matière d’investissements ?
Un de nos objectifs premiers a été de renforcer les infrastructures scolaires, notamment par la construction d’un complexe scolaire central à Remerschen, comprenant un bâtiment pour le précoce et le préscolaire et un autre bâtiment pour l’enseignement primaire. La nouvelle auberge de jeunesse ouverte en 2007 accueille dans les meilleures conditions une jeunesse attirée par les nombreuses activités de loisirs et de sport dans la commune.
La réfection des réseaux de l’eau, de l’électricité et du gaz, depuis l’accès à l’autoroute jusqu’au centre des localités, fait également l’objet d’un investissement conséquent. La construction de la station d’épuration transfrontalière à Besch est en cours, elle servira à l’assainissement des localités au Luxembourg (Remich, Wellenstein, Bech-Kleinmacher, Schwebsange, Wintrange, Remerschen et Schengen) et en Allemagne (Nennig, Besch avec la zone Industrielle, Sehndorf, Oberperl et Perl). Tous ces chantiers devront être achevés pour 2010, l’année du 25e anniversaire de l’Accord de Schengen, qui sera marqué par de nombreuses célébrations.


Au pied des vignes, un souffle d’Europe
Au pied des vignes, un souffle d’Europe
Au pied des vignes, un souffle d’Europe


La zone de récréation de Remerschen


Au pied des vignes, un souffle d’Europe
Il s’agit là d’une grande zone verte de récréation de 130 ha entourant un plan d’eau de 25 ha, dans lequel il est possible de pratiquer plusieurs activités nautiques. C’est ici que nous avons rencontré M. Di Lauro, 71 ans, pensionné, ancien restaurateur, habitant à Bous. Il vient très souvent ici, quand il fait beau, pour prendre l’air et voir des amis.
Des enfants d’une classe qui faisait un séjour à l’Auberge de Jeunesse et qui étaient ravis de ce ponton magique sur l’eau.
Egalement Lucienne, caissière, fidèle au poste depuis 22 ans : « J’en ai vu des changements, plus de visiteurs, les aménagements des alentours, c’est plus beau aujourd’hui. »
Nous avons aussi assisté à une séance de nettoyage de la végétation sous-marine, un important élément de régulation du lac, et qui pousse plus fort lorsque la température augmente.



Sur quels pôles de développement misez-vous ?
Outre le secteur vinicole et touristique, il nous faut encourager d’autres initiatives, d’autres industries ou offres de services basées sur le potentiel de marque de Schengen. Nous avons déjà été contactés par des firmes d’envergure européenne qui considèrent l’opportunité d’établir leurs locaux ou sièges à Schengen. Outre le prestige du lieu, elles ne négligent pas les atouts que sont le climat privilégié de la région, sa qualité de vie ainsi que les liaisons excellentes au niveau autoroutier avec les centres de la Grande Région. Malheureusement, le problème du manque de terrains constitue un frein important à ces implantations.
Pour ce qui est de la mise en valeur de nos richesses naturelles, nous travaillons sur un plan régional en vue de la création d’une réserve naturelle qui engloberait les trois pays. Afin de réussir un bon développement, il faut voir au-delà des frontières et chercher des synergies. Rien de bon ne peut se faire si on reste isolé.
www.schengen.lu



Zone protégée 'Haff Réilech' - entre Remich et Schengen
Zone protégée 'Haff Réilech' - entre Remich et Schengen
Zone protégée 'Haff Réilech' - entre Remich et Schengen

Zone protégée 'Haff Réilech' - entre Remich et Schengen




La zone protégée ‘Haff Réimech’


La zone protégée « Haff Réimech », située entre Remich et Schengen, est la zone humide la plus importante du Grand-Duché. Cette ancienne zone de gravière abrite un nombre très important d’espèces de l’avifaune et de la flore aquatique. Une trentaine d’étangs, le plus souvent bordés de roselières et de zones marécageuses constituent le biotope principal de cette réserve. Un sentier, dont certains tronçons se font sur pilotis, traverse ce site exceptionnel. Des observatoires (3 huttes et 1 tour d’observation) permettent d’observer l’avifaune sans la perturber. 

www.environnement.public.lu

Zone protégée 'Haff Réilech' - entre Remich et Schengen
Au pied des vignes, un souffle d’Europe
Au pied des vignes, un souffle d’Europe

Magazine Wunnen
www.wunnen-mag.lu | info@wunnen-mag.lu