Inscription à la newsletter :

Article publié le 27 juin 2008 - Wunnen n° 8 - juillet-août 2008

27.06.2008

« Il faut avantager le transport en commun »

Entretien exclusif avec Claude Wiseler

Claude Wiseler, ministre des Travaux publics
Dans un pays en constante mutation, les infrastructures publiques, routières, scolaires, sociales, etc., sont d’une extrême importance pour le déploiement de la dynamique économique et de toutes les activités qui l’accompagnent. Dans l’entretien exclusif qu’il a accordé à WUNNEN, le ministre des Travaux publics, Claude Wiseler, explique les chantiers prioritaires du gouvernement pour les années à venir.

Quelles sont les priorités des projets les plus significatifs dans le domaine de la construction routière ?
En premier lieu, il faut faire en sorte que les flux de frontaliers puissent atteindre rapidement et aisément les lieux de travail. Il est donc prévu d’élargir à trois voies les autoroutes d’Arlon A6 et de Thionville A3. Le projet sera déposé en 2009 et l’élargissement devrait se faire dans les années suivantes.
La deuxième priorité porte sur le renforcement des connexions entre les trois grands pôles de développement fixés dans l’IVL : Luxembourg-Ville, Esch/Alzette et la ‘Nordstaad’. Dans cette perspective, il faut achever la Route du Nord (‘Nordstrooss’) le plus rapidement possible, au plus tard à l’échéance 2012. La même diligence est requise pour la liaison Micheville qui est en cours de construction et qui reliera dans sa phase finale le centre de développement Belval à l’autoroute d’Esch.
En troisième lieu, il faut étoffer les tissus routiers secondaires sur les grands secteurs de développement, Belval, Gasperich, Kirchberg, la ‘Nordstrooss’, le contournement de la ‘Nordstaad’, d’Ettelbruck au sud et de Diekirch au nord.
Enfin le quatrième volet consiste à réaliser les contournements des pôles secondaires de développement, par exemple Junglinster ou Bascharage, afin de permettre une évacuation du trafic au bénéfice des localités.

Quelles sont les autres pistes pour le soulagement des réseaux routiers ?

Le renforcement du tissu routier doit se faire en parallèle avec les projets au niveau des chemins de fer par le ministère des Transports.
Face aux besoins grandissants de mobilité au Luxembourg, actuels et dans les 15 prochaines années, nous ne pourrons canaliser le trafic automobile que si nous réussissons à doubler, voire à tripler, notre capacité de transport en commun.
L’amélioration de l’offre de transport en commun passe par le développement du rail et du tram (pour la distribution dans Luxembourg-Ville), mais aussi de la configuration routière. On estime, en effet, que 70 à 90% des besoins en transport collectif se feront non pas par le rail, mais par la route. L’objectif est donc de mettre en place sur nos routes des dispositifs qui vont avantager les transports en commun sur nos routes. En clair, il faut donner la priorité aux autobus, en leur réservant des voies spéciales, non seulement en milieu urbain, mais aussi sur les autoroutes. Sur certains tronçons, où l’élargissement des voies est difficile à réaliser, par exemple au niveau de la descente de Hesperange, nous réfléchissons à la possibilité de rajouter une seule voie et d’y alterner la circulation en fonction de l’heure de la journée. Il nous faut être inventifs, trouver des solutions afin d’augmenter l’attractivité des transports en commun. 

Quel est l’ordre des priorités pour les bâtiments publics ?
Nous donnons évidemment la priorité aux constructions scolaires, un domaine dans lequel nous avons un très grand retard à combler. D’un côté, la population scolaire ne cesse de s’accroître et, de l’autre, nos infrastructures, relativement anciennes, doivent être refaites.
Nous avons donc devant nous un programme de construction plus que dédoublé par rapport aux années précédentes, décliné en détail dans le plan sectoriel ‘Lycées’.
La deuxième priorité porte sur les constructions européennes au Kirchberg, le Centre de conférence, les nouveaux bâtiments pour le Parlement européen, la Cour de justice, la Commission européenne, l’Ecole européenne. Ce sont là des investissements considérables qui vont être appliqués dans les cinq à dix prochaines années.
En troisième lieu, nous planifions des constructions sociales, par exemple des maisons de retraite, des maisons de soins, etc., à travers tout le pays.
Dans toutes nos initiatives, développement du rail et de la route, emplacement des nouveaux bâtiments, il nous faut être cohérents par rapport au développement de l’aménagement du territoire (IVL).
Ainsi, les nouvelles structures scolaires, comme à Mersch, Junglinster, Ettelbruck, sont implantées au niveau des contournements des localités, avec une forte accessibilité en termes de transports en commun.
Magazine Wunnen
www.wunnen-mag.lu | info@wunnen-mag.lu