Inscription à la newsletter :

Article publié le 28 mars 2011 - Wunnen n° 23 - mars-avril 2011

31.03.2011

Editorial

J’aime. Je n’aime pas.
L’architecture et l’urbanisme nous concernent tous, même si nous ne sommes pas des professionnels ou des spécialistes actifs dans ces domaines. Tout objet bâti, public ou privé, toute infrastructure créée ou modifiée, toute tour ou toute route érigée – tout en ayant des raisons d’être parfaitement justifiées aux yeux de ses donneurs d’ordre ou réalisateurs - a un impact sur beaucoup d’autres personnes - qu’il s’agisse d’utilisateurs directs ou d’observateurs pour qui ces structures bâties sont autant d’éléments qui ponctuent leur environnement quotidien. Chaque intervention architecturale modifie toujours, d’une façon ou d’une autre, un certain ordre des choses. Elle rompt un équilibre, quitte à ce que, quelque temps plus tard, elle devienne la reine d’un paysage réinventé. Exemple indiscutable : la tour Eiffel.
En attendant le verdict du temps, il est naturel que différents avis s’expriment face à une construction, quelle qu’elle soit, à un endroit et à un moment donnés. Il y a l’avis des experts, l’avis des amateurs avertis, l’avis des voisins, l’avis des passants et l’avis des touristes. Chacun regardera le bâtiment, la maison, le jardin... avec ses yeux à lui et avec sa somme de connaissances et ressentis. Il peut y avoir quelque chose de très jubilatoire à se réunir à plusieurs face à un objet et à échanger des points de vue et des informations. On aime, on n’aime pas, on dit pourquoi, on écoute l’autre. Tout ça relève du partage d’émotions et d’expériences.
C’est un peu ce qui est en train d’arriver au Luxembourg depuis quelques années par rapport aux paysages urbains qui nous entourent et dans lesquels nous nous mouvons. Une culture participative se met progressivement en place, dans laquelle citoyens et spécialistes se retrouvent et approfondissent leur regard sur l’environnement citadin et paysager. On passe à la loupe, non seulement les très emblématiques bâtiments publics construits dans la décennie, mais aussi la façon dont tous les éléments se juxtaposent, interagissent avec tant de paramètres qui constituent la vie en société, véhiculent des valeurs culturelles, sociales, économiques, écologiques...
Ces nouveaux échanges peuvent prendre la forme classique de débats et conférences ou de simples promenades architecturales en ville. Ils permettent à l’individu lambda de mieux comprendre des sujets passionnants quoique parfois complexes, et ils sont aussi une occasion pour les spécialistes d’élargir leurs points de vue, de mettre à l’épreuve leurs convictions, voire de découvrir de nouvelles pistes pour l’avenir. Comme dit le proverbe, « il y a de la sagesse là où il y a plusieurs conseillers ».
C’est dans cet esprit que nous vous invitons à nous rejoindre sur Facebook, pour nous faire part de vos coups de cœur ou coups de blues par rapport à tout ce qu’on peut voir au Grand-Duché en matière de construction et d’architecture. Un forum d’idées et d’avis qui, nous l’espérons, sera utile et intéressant pour tous.

Paulo Lobo
Rédacteur en chef
Magazine Wunnen
www.wunnen-mag.lu | info@wunnen-mag.lu