Inscription à la newsletter :

Article publié le 11 septembre 2009 - Wunnen n° 15 - septembre-octobre 2009

29.10.2009

L’eau sous toutes ses formes

Commune de Rosport

Commune de Rosport
La commune de Rosport est réputée par-delà les frontières pour ses sources d’eau minérale et pour le fait que l’inventeur de l’accumulateur à plomb, Henri Tudor, y a vécu et travaillé une grande partie de sa vie. Ayant préservé son cachet rural et bénéficiant d’un environnement de qualité, Rosport est un lieu de villégiature prisé par tous ceux qui cherchent le contact avec la nature et la tranquillité, tout en profitant des richesses culturelles et historiques de la région.

L’attractivité de la commune est accentuée par sa localisation. Située à l’Est du pays, à quelques kilomètres d’Echternach, Rosport constitue l’un des points d’attraction de la région « Mullerthal –Petite Suisse Luxembourgeoise ». D’ici, la fenêtre est grande ouverte sur l’Allemagne voisine et en particulier sur le Parc naturel germano-luxembourgeois. Fondé en 1964 par le Land de Rhénanie-Palatinat et le Grand-Duché, ce dernier fut à l’époque le premier parc naturel transfrontalier en Europe.
Rosport décline ses paysages autour de la vallée de la Sûre. Le méandre de la rivière est ponctué par de magnifiques versants boisés. En plein mois d’août, le village se présente sous ses plus beaux atours. Repu d’air et de lumière, reposant dans un écrin de verdure somptueux, il se laisse bercer par les eaux rafraîchissantes du lac.
Le bourgmestre Romain Osweiler nous accueille dans le Château Tudor, l’ancienne demeure du chercheur, qui abrite aujourd’hui l’administration communale et le tout récent Musée Tudor consacré à l’électricité et aux accumulateurs de plomb.

Romain Osweiler, bourgmestre de Rosport









« Notre commune possède beaucoup d’attraits liés à son environnement naturel remarquable. Il nous importe d’étoffer l’offre de loisirs et de mieux promouvoir nos atouts. »



Romain Osweiler, bourgmestre de Rosport



WUNNEN : Pouvez-vous nous décrire la commune de Rosport en quelques mots ?
Romain Osweiler : « Rosport est une commune à caractère rural, dans laquelle la nature est omniprésente. C’est une commune en bordure de frontière, qui a des liens très forts avec la région voisine de l’Allemagne, notamment sur le plan des projets intercommunaux et transfrontaliers. Topographiquement, Rosport est parfaitement bien insérée dans la vallée de la Sûre. »

Quels ont été les domaines dans lesquels la Commune a le plus investi ces dernières années ?
« Les investissements les plus substantiels ont porté sur l’amélioration des infrastructures de voirie, la construction d’une station d’épuration et, depuis trois ans, le développement de mesures anti-crue. Les travaux sont en cours et devraient être achevés dans deux ans. Ces mesures, qui se sont avérées indispensables suite aux crues exceptionnelles des années 1993, 2001 et 2003, font l’objet d’un projet transfrontalier entre la Commune de Rosport et celle de Ralingen (D).
Cette année, un autre grand projet est venu à terme : la rénovation des locaux de la mairie dans le château Tudor ainsi que l’aménagement du Musée Tudor dans ce même bâtiment. On peut encore mentionner la construction du centre polyvalent ‘Fräihof’ à Steinheim, un bâtiment qui abrite un centre culturel et le service incendie.
Sur le plan scolaire, il est prévu de construire une nouvelle maison relais qui disposera d’une capacité plus grande par rapport à la structure actuelle. En ce qui concerne le sport, en coopération avec la Commune allemande de Ralingen, nous avons fait construire deux terrains de football synthétiques, qui se trouvent tous deux sur le territoire allemand, mais dont l’un est destiné au FC Victoria Rosport. Il s’agit de nouveau d’un projet interrégional qui a bénéficié, à hauteur de 50% de son coût, d’une subvention de l’Union européenne.
Enfin, soucieux de la préservation de l’environnement, nous avons fait construire une chaudière aux copeaux de bois, qui fonctionne à base de bois local et dont la chaleur est transmise, via un réseau collectif, vers les bâtiments publics proches, la mairie, l’église, l’école et la maison relais. On peut dire, par ailleurs, que Rosport a été en quelque sorte un précurseur en matière de « Grénge Stroum » (courant électrique vert). En effet, depuis 50 ans, nous possédons sur notre territoire une centrale hydro-électrique dont le fonctionnement repose sur les idées originales de Henri Tudor. »


Commune de Rosport
Commune de Rosport

Les sources d’eau minérale Rosport


C’est à Rosport que, depuis 1959, est exploitée la seule source d’eau minérale naturellement gazeuse du pays. En 1955, commissionné par la famille Bofferding qui cherche à diversifier ses activités, le géologue Michel Lucius trouve la source carbo-gazeuse de Rosport. En 1959, la toute première bouteille d’eau minérale naturellement gazeuse de la source est soutirée. Depuis cette date, Rosport est devenue une marque d’eau minérale de renommée internationale, proposant une gamme complète avec différentes teneurs en gaz naturel. En 2001, suite à la découverte d’une nouvelle source non gazeuse située à 300 mètres du premier site de forage, la société commercialise une nouvelle eau minérale plate sous le nom de Viva.
Des visites guidées pour groupes à partir de dix personnes peuvent être organisées pour découvrir l’usine de Rosport et tout le processus de soutirage du gaz naturel. La réservation est obligatoire.

www.rosport.com


Quels sont les choix architecturaux pour toutes ces réalisations ?
« Les constructions doivent être simples et fonctionnelles, cela pour des raisons de budget – en tant que petite commune, nos moyens sont limités – et d’intégration dans le tissu villageois et rural. »

Quelle a été l’évolution de la population ces dernières années ? Souhaitez-vous de nouvelles augmentations et sous quelles conditions ?
« La population progresse à un rythme continu depuis plusieurs années. En 2008, nous avons dépassé le seuil des 2.000 habitants. Cette croissance tranquille remplit tout à fait les objectifs du pacte logement. Dans le cadre du plan IVL du gouvernement (Integratives Verkehrs- und Landesentwicklungskonzept - concept intégré des transports et du développement spatial), Rosport n’a pas été défini comme centre de développement régional, ce qui signifie que nous ne sommes pas soumis à des contraintes fortes de croissance. Nous pouvons évoluer à notre rythme et en parfait accord avec nos besoins. En tout et pour tout, nous avons de la marge pour accueillir 1.400 nouveaux habitants, sans avoir besoin d’élargir ou de redessiner le Plan d’aménagement général (PAG) existant, et cela pour deux raisons. D’abord, il reste 28 hectares de terrains constructibles à l’intérieur du périmètre de construction. Si le besoin s’en faisait ressentir, la Commune pourrait faire valoir le droit de préemption, afin d’acquérir des terrains existants et les remettre sur le marché à des taux sociaux. Deuxièmement, comme nos villages ont un passé rural très riche, ils possèdent de nombreux volumes agricoles anciens, qui restent à l’abandon et qui pourraient être restaurés pour servir à nouvelles affectations, soit sur le plan de l’habitat, soit sur celui de l’artisanat ou d’autres activités.
L’important est de rester vigilant et d’avoir la volonté de retenir nos habitants, tant les jeunes générations que les personnes âgées. N’oublions pas que nous sommes à la frontière avec l’Allemagne et qu’il peut être très tentant pour certains de s’installer de l’autre côté de la rivière, tout simplement parce que le logement y est plus accessible. Mais il me semble essentiel de lutter pour que pareil exil ne se produise pas, d’une part, parce qu’il comporte beaucoup d’inconvénients pour les personnes concernées, notamment au niveau scolaire, et, d’autre part, parce qu’il constitue une perte de mémoire pour notre commune. »

Quelles exigences imposez-vous aux acteurs de la construction ?
« Nous leur demandons d’intégrer dans les projets les considérations énergétiques et environnementales, en recourant par exemple autant que possible aux énergies renouvelables. Par ailleurs, il faut que les nouvelles constructions ne dénaturent pas l’identité rurale de nos villages, qu’elles ne surgissent pas comme des blocs hétérogènes, mais qu’elles s’intègrent de façon cohérente dans les territoires, dans un esprit de communication avec l’existant - ceci afin que nos villages restent conviviaux et marqués par le bon voisinage. Les lotissements nouveaux doivent aussi permettre la mixité des générations, des couches sociales et des fonctions, en proposant une bonne répartition entre habitat, artisanat, commerces et services. Les nouvelles constructions doivent comporter, non seulement des unités de logement, mais aussi des espaces pour petits commerces et services, afin de créer un réseau de proximité favorable notamment pour les personnes âgées. Il est important de garder avec nous nos anciens, car ils sont l’âme de nos villages. »
Commune de Rosport
Rosport s’inscrit pleinement dans la veine du « tourisme doux » qui est de plus en plus en vogue. 
Que dire du rôle que joue le tourisme pour la commune ?
« Notre commune possède beaucoup d’attraits liés pour la plupart à son environnement naturel : le lac du barrage, le camping, les sentiers de randonnée (Rosport se trouve notamment sur le « Mullerthal Trail », un circuit parcouru par de très nombreux randonneurs), les produits du terroir, les sources d’eau minérale. Depuis longtemps déjà, un certain nombre de touristes fréquentent et apprécient notre région. Il nous importe cependant d’étoffer l’offre de loisirs et de mieux promouvoir nos différentes attractions. Le lac permet toutes sortes d’activités, notamment le ski nautique et la baignade qui peuvent y être pratiqués à des horaires alternants. Il est prévu de revaloriser l’espace de promenade depuis le plan d’eau jusqu’au barrage, en lui adjoignant en particulier une place pour concerts et une aire de jeux d’aventures basée sur le thème de l’eau. Nous espérons que ce réaménagement ajoutera à l’intérêt du site. Quant au camping qui longe le bord de la rivière, il attire depuis longtemps une clientèle fidèle venant majoritairement de Belgique, des Pays-Bas et d’Allemagne. La construction prochaine d’un nouveau bloc sanitaire et d’une piscine devrait lui conférer un attrait accru dans le futur.
Par ailleurs, nous soutenons complètement la création du « Naturpark Mullerthal » qui, à l’exemple des parcs naturels de l’Our et de la Haute-Sûre, aura pour mission de promouvoir et développer de façon coordonnée l’offre touristique de la région. Tout un travail de préparation est en cours, et nous espérons que le nouveau parc pourra être fondé en 2012.
Enfin, nous collaborons fortement avec la ville d’Echternach, afin d’apporter un complément d’activités et d’itinéraires culturels. Avec son cadre naturel et sa diversité de loisirs, Rosport s’inscrit pleinement dans la veine du « tourisme doux » qui est de plus en plus en vogue. »

On observe, dans les différents villages de la commune, des constructions anciennes au cachet rural très intéressant. Avez-vous le souci de préserver ce patrimoine architectural ?
« Certainement. D’ailleurs, le Service des sites et monuments nationaux nous a fait parvenir récemment un relevé de tous les bâtis qu’il estime dignes de conservation et pour lesquels il est prêt à apporter une contribution si la Commune décide de s’investir également. Nous allons prendre en considération ces recommandations au cas par cas et déterminer de quelle façon nous pourrons les concrétiser. »

Cherchez-vous à attirer des nouveaux commerces et entreprises ?
« Nous n’avons ni l’intention ni les moyens de créer une zone d’activités. En revanche, nos villages offrent de bonnes conditions pour accueillir en leur sein des commerces, des artisans ou des PME. Ces entreprises pourraient trouver dans les anciens volumes bâtis les structures idéales pour s’installer et développer leurs activités dans un cadre stimulant et calme. »

www.rosport.lu
Photos : P. Lobo




Commune de Rosport

Le Musée Henri Tudor, le monde merveilleux de l’électricité


En vue de marquer le 150e anniversaire de la naissance de Henri Tudor, un nouveau musée a été aménagé dans la maison de campagne que l’inventeur avait fait construire à Rosport et qui était généralement désignée par les habitants comme « d’neit Schlass » (le nouveau château). Ce bâtiment de style anglais, entouré d’un parc magnifique, est également, depuis les années 1970, le siège de l’administration communale.
Le nouveau Musée Henri Tudor a été inauguré en mai 2009. Mélange de Science Center et de musée traditionnel, le musée Tudor offre, sur 300 m² d’exposition, une plongée interactive et ludique dans le monde de l’électricité et des accumulateurs. Henri Tudor naît en 1859 à Ferschweiler, en Allemagne, d’un père anglais et d’une mère luxembourgeoise. À son adolescence, alors qu’il est en internat au Collège de Chimay, ses parents s’installent à Rosport. Henri Tudor part ensuite à l’Ecole polytechnique de l’Université de Bruxelles, d’où il sort en 1883, à l’âge de 24 ans, avec un diplôme d’ingénieur civil.
De retour à Rosport, Henri s’associe avec son frère Hubert et son cousin Nikolaus pour réaliser une série d’expériences qui mènent à la construction d’un accumulateur électrique de plomb aux multiples applications techniques et industrielles. Ce premier accumulateur Tudor fonctionnera pendant 16 années sans interruption, utilisant l’énergie produite par une dynamo que Henri Tudor a lui-même conçue et reliée au moulin à eau de Rosport. Le château de Rosport des Tudor sera ainsi une des premières demeures au monde à être équipée d’une installation hydro-électrique complète, fonctionnant sans interruption.
En 1886, Henri Tudor ouvre une fabrique d’accumulateurs à Rosport. Alors que l’illumination des rues de la ville d’Echternach a confirmé l’efficacité de son invention, la firme allemande Büsche et Müller (AFA et Varta) s’empare du brevet afin de produire des accumulateurs à grande échelle dans l’Europe centrale et de l’est.

Informations : Administration communale de Rosport, 9 rue Henri Tudor, L-6582 Rosport,
Tél : (+352) 73 00 66-206
www.musee-tudor.lu

Magazine Wunnen
www.wunnen-mag.lu | info@wunnen-mag.lu