Inscription à la newsletter :

Article publié le 28 janvier 2008 - Wunnen n° 5 - janvier-février 2008

28.01.2008

Rustique, moderne et débordante d’énergie

Commune de Redange


Redange - Kropemann

Attention les enfants, ne vous penchez pas trop sur la rivière !
Le Kropemann est une figure très connue du patrimoine folklorique luxembourgeois et plus spécifiquement de celui de Redange, où il est devenu le symbole de la rivière et même de toute la vallée de l’Attert. Ce personnage mythique et légendaire avait une fonction éducative : il mettait en garde les habitants, plus particulièrement les enfants, contre les dangers inhérents à l’eau. La fontaine du Kropemann, qui se trouve devant l’Hôtel de Ville, a été réalisée par l’artiste belge Jef Claerhout à partir des esquisses du dessinateur Carlo Schneider, qui a un temps travaillé à l’administration communale de Redange.

Située sur les bords de l’Attert, la ville cantonale Redange/Attert est éloignée quelque peu des grands axes routiers et des villes touristiques, mais elle offre un cadre agréable de villégiature et de repos. C’est une région agricole et forestière qui plaît à tous ceux qui sont à la recherche de calme et d’authenticité.

La commune de Redange regorge de curiosités historiques et de sites paisibles : allées de marronniers, de frênes et de tilleuls, vieux moulins, anciennes fermes, pont Jangeli et étang de pêche.
Situés dans des petites vallées ou sur des promontoires, baignés par les ruisseaux qui les traversent, les villages ont gardé un fort caractère rural, ils sont ponctués de bâtiments agricoles et de maisons traditionnelles bien entretenues. Les églises dominent le centre de chaque localité, ce sont de belles bâtisses imposantes au cachet séculaire. Certaines de ses églises tout comme quelques fermes agricoles sont classées monuments historiques.
La culture n’est pas absente. Fondé en 1998, le festival ‘Musique dans la Vallée’ est devenu le rendez-vous traditionnel de l’été dans la Vallée de l’Attert belgo-luxembourgeoise. Organisé conjointement par cinq communes de cette vallée, parmi lesquelles Redange, le festival veut amener dans les villages des concerts de haute qualité et faire connaître son patrimoine bâti et naturel.
Par ailleurs, depuis quelques années, le Café Concert/Théâtre L’inouï attire un public venu du pays entier pour goûter aux merveilleuses soirées musicales (jazz, blues, world-music, chanson française et allemande, etc.) concoctées avec amour par les maîtres du lieu, Paul & Shlomit Glaesener-Butbul.
Commercialement, la ville de Redange n’est pas en reste, sa Grand-Rue principalement, mais aussi les alentours sont animés par un grand nombre de magasins, de services et d’artisans regroupés pour la plupart dans l’Union Commerciale et artisanale.
Mais la plus grande caractéristique de la commune, c’est assurément la nature généreuse qui l’entoure et l’engagement très prononcé des élus locaux afin de la préserver. Des structures comme la ‘Maison de l’Eau’ ou l’Energieatelier sont la manifestation de ce souci écologique.

Redange - église baroque - 1771



Localités : Eltz, Lannen, Nagem, Niederpallen, Ospern, Redange et Reichlange
Canton de Redange (Redange est le chef-lieu du canton)
District de Diekirch
Surface : 31,95 km² (140 ha de forêts communales)
Habitants : 2.436
Ménages : 1.049


Serge Bloes, bourgmestre de Redange



« Nous sommes très fortement engagés en faveur de l’environnement et nous optons autant que possible pour des installations à énergie renouvelable. »


Serge Bloes, bourgmestre de la commune de Redange

Pouvez-vous brièvement nous présenter votre commune ?
En tant que chef-lieu cantonal, Redange est le centre administratif, commercial et financier de la région. Même si la commune est marquée par son aspect rural, elle affiche un véritable esprit de modernité. Nous disposons de bonnes infrastructures dans différents domaines, la piscine ‘cantonale’, la crèche, le centre pour personnes âgées, le centre sportif et de loisirs, une piste cyclable. Sans oublier le nouveau lycée technique régional qui est pratiquement terminé et qui pourra accueillir ses premiers élèves dès septembre.
Tous ces atouts compensent les quelques handicaps de la commune : le fait que nous n’ayons pas d’accès direct sur une autoroute et que nous soyons un peu à l’écart des axes routiers principaux ; l’insuffisance des structures hôtelières et de restauration, un potentiel touristique qui en réalité n’est pas encore exploité.


Redange - Villa Worré

Transformation de la Villa Worré en Maison Relais
Actuellement, les structures d’accueil des enfants occupent deux salles du Home pour personnes âgées et ne peuvent recevoir que 30 enfants. Une maison supplémentaire au centre de Redange pourra prochainement accueillir 30 autres enfants. Dès que la Villa Worré sera restaurée et réaménagée, elle aura une capacité d’accueil de 129 enfants, ce qui permettra de regrouper toutes les classes.
Auteur du projet : Marc Disteldorff Architecte, Redange/Attert

Quelles ont été vos priorités ces dernières années en matière d’investissements en infrastructures et équipements publics ?
Nous avons eu le souci d’améliorer nos infrastructures routières, mais aussi d’aménager plus d’espaces verts, notamment en acquérant le domaine Worré à Redange pour y créer un parc public, et en embellissant les autres localités. Nous sommes très fortement engagés en faveur de l’environnement et nous optons autant que possible pour des installations à énergie renouvelable. Nous avons ouvert une structure pour nos associations, le centre sociétaire ‘Zärenhaus’ qui abrite également le ‘GenderHaus’ (Service pour l’égalité des chances), le ‘Réidener Jugendtreff’ et l’Action locale pour jeunes. Enfin nous avons participé à plusieurs projets intercommunaux : construction de la piscine, création de zones d’activités économiques à caractère régional, aménagement de la crèche à Reichlange et construction d’un home pour personnes âgées à Redange.

Comment se caractérisent les maisons et le bâti dans les localités de la commune ?
On trouve plusieurs grandes fermes remarquables dans toutes les localités de la commune. Beaucoup d’anciens moulins aussi: rue de Beckerich et rue de Nagem à Redange, rue de Reichlange à Niederpallen. La commune est également caractérisée par plusieurs maisons de maître, des villas et des bungalows datant du début des années 1980 à 2000.
Ces dernières années, plusieurs nouvelles résidences ont été bâties. Il faut noter que le prix du terrain à bâtir a connu une augmentation sensible, ceci dès l’annonce de l’implantation du nouveau lycée.

Les autorités communales ont-elles le souci de la préservation du bâti ancien, par exemple des fermes agricoles ?
Certainement, mais malheureusement les moyens légaux et réglementaires sont assez restreints. Si une bâtisse n’est pas classée monument historique, nous avons très peu de prise pour empêcher sa disparition.

La commune présente-t-elle des possibilités de nouveaux lotissements ? Y a-t-il beaucoup de terrains à bâtir ?
Pour le moment, non. Nous sommes dans l’attente du nouveau PAG, qui est en cours de réalisation. Le PAG existant présente encore 25 hectares de disponibles, mais il n’y a pas d’intention de vente. Le conseil a cependant voté une modification du PAG actuel afin de permettre assez rapidement une extension du quartier commerçant central de Redange.

Quelle a été l’évolution de la population ces dernières années ?
En 10 ans, la population est passée de 2.211 à 2.436 habitants, ce qui représente une augmentation de 10,18%. L’augmentation a été plus nette sur 20 ans. En 1988, la commune comptait 1.730 habitants, la croissance jusqu’à aujourd’hui a donc été de 40,80%.
Etant donné qu’une centaine de nouveaux appartements sont prévus pour les deux ans à venir, on peut s’attendre à un nouvel accroissement de la population.



Ecole de Redange
Le nouveau Atert-Lycée Redange (ALR)
L’impressionnante infrastructure, qui s’étend sur 10 ha, pourra accueillir 1.200 étudiants et comportera un internat de 100 lits. Le lycée emploiera quelque 160 personnes.
L’ALR dispose d’un établissement moderne sur un site unique, conçu selon le principe d’un bâtiment à faible consommation d’énergie. Les généreux espaces extérieurs offrent un amphithéâtre, un parc avec un jardin scolaire, un sentier éducatif ainsi que des zones humides, de manière à permettre aux classes de profiter activement d’une éducation écologique. Par ailleurs, le lycée dispose de salles de classe spacieuses, conviviales, équipées d’un réseau informatique, de salles de séjour modernes comprenant entre autres un cybercafé, une bibliothèque et un restaurant scolaire, sans oublier les infrastructures sportives polyvalentes avec un grand hall de sports, une piscine, un mur d’escalade, une salle multisports séparée, une salle de musculation et un terrain synthétique en plein air. Dans cet environnement, l’école ne sera pas seulement un lieu d’apprentissage, elle sera aussi un lieu de vie.


Comment se traduit dans vos initiatives le respect de l’environnement et de votre patrimoine naturel ?
Nous avons lancé plusieurs initiatives dans des domaines divers. Nous avons pris des mesures pour la protection de nos sources, nous avons lancé des campagnes de sensibilisation autour de l’énergie et de l’automobile (‘Komm spuer mat’, ‘Komm fuer mat’), nous avons créé des structures de gestion et d’information comme la ‘Maison de l’Eau’ et l’’Energieatelier’. Nous avons une station de biogaz à l’entrée de Redange à laquelle participent une trentaine de cultivateurs et qui nous permet de chauffer la piscine, le hall sportif et le futur lycée.
Nous avons remplacé plusieurs installations de chauffage au mazout par un chauffage central à copeaux de bois, qui permet à Redange de chauffer le bâtiment communal, les écoles, la salle des fêtes Aula, l’église, le centre polyvalent et le nouveau centre sociétaire dans l’ancien presbytère. Nous refusons par ailleurs d’utiliser du bois non indigène dans les aménagements des bâtiments communaux. Nous sommes membres du syndicat SIDEC et nous adhérons au projet Valorlux. Les habitants peuvent bénéficier d’un grand centre de recyclage à Redange. Enfin, des lignes de bus ont été mises en place vers Luxembourg et Ettelbruck, avec une cadence normale d’une heure, mais plus intense pendant les heures de pointe.

Pouvez-vous nous présenter les structures de la ‘Maison de l’Eau’ et de l’‘Energieatelier’ ?
La ‘Maison de l’Eau’, aménagée au premier étage de l’ancienne Justice de Paix, est la structure de gestion du contrat de rivière Attert, mais elle œuvre aussi dans les domaines de l’agriculture ou de la gestion forestière. Elle a aussi une mission pédagogique sur la découverte de la nature et de sensibilisation de la population de la vallée de l’Attert.
L’Energieatelier conseille les particuliers et les administrations sur la façon d’économiser l’énergie en cas de nouvelle construction ou lors de la transformation d’une construction existante.
L’Energieatelier ainsi que la Maison de l’Eau s’inscrivent dans l’initiative européenne de développement rural LEADER+ de la région Redange-Wiltz.

www.redange.lu
Magazine Wunnen
www.wunnen-mag.lu | info@wunnen-mag.lu