Inscription à la newsletter :

Article publié le 4 juin 2007 - Wunnen n° 1 - juin-juillet 2007

04.06.2007

Virage réussi vers la modernité

Betzdorf

Située à proximité de la capitale, la commune de Betzdorf a su trouver un équilibre entre un cachet rural et un développement économique et démographique de qualité. Grâce à la présence sur son territoire d’entreprises de grande envergure, la commune de Betzdorf s’est fait un renom international, dans les domaines de la communication (SES) et de l’industrie (Panelux et Duscholux). Dans l’interview que la députée-maire Marie-Josée Frank nous a accordée, elle nous explique comment le sens des valeurs humaines n’a jamais été sacrifié au profit de la recherche de la modernité.

Marie-José Frank - Betzdorf




« Il faut se poser le défi du changement climatique, afin d’intégrer la population de façon intensive dans le changement de mentalité »


Mme Marie-Josée Frank, Députée-Maire de Betzdorf



Comment décririez-vous votre commune à quelqu’un qui ne l’aurait pas encore visitée ?
La commune de Betzdorf se caractérise par plusieurs aspects. Nous comptons dans notre population plus de 100 personnes handicapées qui vivent et travaillent à l’Institut Saint-Joseph à Betzdorf. Plusieurs grandes entreprises (SES, Panelux et Duscholux) sont présentes sur notre territoire, ce qui constitue un signe très positif du point de vue économique, ainsi qu’un pôle de quelque 1.100 postes de travail. Une autre caractéristique importante est que les citoyens s’intéressent fortement aux affaires de la commune, notamment par le fait des Commissions consultatives où plus de 100 d’entre eux sont directement engagés. La participation des habitants a été un de nos principaux outils pendant la période de mandat 2000 – 2006, et il est clair qu’elle continue de jouer un grand rôle dans un grand nombre de décisions. Par ailleurs, nous avons obtenu l’an dernier une distinction assez exceptionnelle, l’Europäische Dorferneuerungspreis (prix européen de rénovation de village). Nous étions fiers de représenter le Luxembourg au niveau européen, en donnant l’image d’une commune bien ancrée dans le 21e siècle, innovante, prévoyante et qui, dans ses projets et réalisations, tient compte des situations familiales actuelles.

Quels sont les jalons du développement de la commune de Betzdorf à l’horizon 2010 et 2020?
L'un des aspects dont nous nous soucions le plus est de concevoir la commune dans une perspective régionale. Comment la commune va-t-elle se développer ensemble avec les communes voisines? Où peut-on trouver des synergies pour travailler plus efficacement et pour offrir aux citoyens dans la région le même niveau de qualité de vie?
Dans le cadre du nouveau PAG (Plan d'aménagement général), nous sommes incités à ne pas seulement penser local mais aussi régional. Où sont les points d’attraction dans la région ? Où peut-on créer plus d’espace habitable? Où peut-on créer de nouvelles zones industrielles ? Comment notre PAG influe-t-il sur les PAG de la région ? La communauté des communes est l’un des volets principaux dans cette période de mandat. En deuxième lieu, il faut se poser le défi du changement climatique, afin d’intégrer la population de façon intensive dans le changement de mentalité. Chacun – les responsables politiques mais aussi tous les acteurs de la société - doit contribuer à la réflexion sur l’économie des émissions de CO2. La Commune de Betzdorf a tenu à donner un exemple dans ce sens-là: tous les bâtiments nouveaux sont construits suivant les concepts d’énergie passive ou de basse énergie – qu’il s’agisse de bâtiments publics ou de réalisations dont nous sommes les maîtres d’ouvrage. Nous voulons investir énormément dans l’écologie. Le 3e facteur important porte sur l’intégration de la jeunesse dans la vie communale et sa participation dans la politique. Dans cette perspective, nous voulons élaborer un plan communal pour la jeunesse – mon souhait est de ne pas le faire dans une optique locale, mais au niveau régional. L'objectif est d’inciter la jeunesse à plus d’engagement dans le fonctionnement d'une société multiculturelle.

Quelle est la position de la Commune de Betzdorf par rapport au projet de loi sur l’habitat ?
Dès l’annonce de ce projet de loi, nous avons communiqué au ministre notre volonté d’adhérer au pacte logement. Nous sommes naturellement disposés à nous engager en vue de la croissance démographique prévue dans le pacte logement. Je ne me fais pas de souci à ce niveau, nous sommes de toute façon pleinement engagés dans le processus de développement. Si la loi s’appliquait de façon rétroactive jusqu’en 2002, nous pourrions déjà bénéficier des sommes allouées. L’an dernier, notre population a augmenté d'environ 200 nouveaux habitants. La population totale actuelle est de 2.907 habitants.

Betzdorf
Quels ont été les investissements ces dernières années en matière d’infrastructures communales?
Notre plus grand défi a été de construire un nouveau site scolaire. Le projet a été initié en 2000-2001 à Roodt-sur-Syre, et il est aujourd’hui devenu réalité. Nous voulions être un partenaire actif en matière d’investissement dans la politique familiale. L’ensemble du campus scolaire sera inauguré le 29 juin 2007. Peu après, nous lancerons une nouvelle publication intitulée De l’école de village à l’école centrale, racontant 250 ans d’histoire de nos écoles.
Par ailleurs, dans le cadre du projet européen Leader, une action a connu un très grand succès: Schoulhaff eng Liewenswelt – il s’agissait de planifier et d’aménager la cour d’école ensemble avec les parents d’élèves. J’ai vécu mon plus beau jour en tant que bourgmestre l’an dernier, un samedi, quand plus de 200 parents et enfants ont participé de façon bénévole à l’aménagement de l’espace extérieur de l’école.
D’autre part, nous avons également construit un nouveau terrain de football à Mensdorf, durant la dernière période de mandat. Enfin, nous avançons dans le projet de la station d’épuration dont nous avons posé la première pierre l’an dernier – la politique de l’évacuation des eaux usées n’est peut-être pas très spectaculaire, mais elle relève pour nous d’une politique d’environnement responsable et préventive ("nohalteg Ëmweltpolitik").

Quels moyens sont mis en œuvre afin d’attirer de nouveaux habitants sur le territoire de la commune ?
Lorsque l’information au sujet de notre Maison Relais a été relayée dans la presse, beaucoup de gens ont téléphoné chez nous pour connaître les possibilités de construire et de s’établir dans la commune. C’est bien là une preuve qu’il est opportun de proposer un encadrement pour que les parents puissent mieux concilier vie professionnelle et familiale, à une époque où ils sont souvent obligés de travailler à deux. Dans cette optique, nous pensons déjà à une extension de la Maison Relais, peut-être en collaboration avec des communes voisines - ici aussi, on doit penser à la régionalisation.

Dans quelle vision de développement de l’habitat les projets de lotissements communaux s’inscrivent-ils?
Nous voulons développer toutes les tendances de l’habitat, une bonne mixité, des logements de propriétaires et de location. Chaque personne doit avoir un logement adéquat, c'est un droit fondamental de l’être humain. Nous devons promouvoir des structures de petit, de moyen et de grand format. Il faut favoriser les espaces de vie intergénérationnels. Trois lotissements sont en cours: Bowengsbierg à Roodt-sur-Syre, Am Stiirtzgaart et Am Deich à Mensdorf.
Nous avons reçu un prix l’an dernier à la Foire du Logement pour le caractère novateur du projet Bowengsbierg : un exemple actuel de politique communale du logement. Il s'agit d'un projet d'implantation d'un nouvel ensemble de logements, de surfaces publiques et commerciales, dans le centre de Roodt-sur-Syre. Ce projet comporte des appartements et maisons, des logements adaptés aux personnes à mobilité réduite et aux étudiants et une aire de petite restauration.
Le Stiirtzgaart porte sur la création de 8 unités de logement (4 appartements et 4 maisonnées) sur base de bail emphytéotique. Dans le cadre du projet Deich, l’ancien terrain de foot à Mensdorf est réaffecté à un projet comprenant 18 maisons destinées à la vente, également sur base de l’emphytéose. 60% des nouveaux logements seront destinés à des personnes bénéficiant de la prime de construction de l'État. La priorité sera donnée à des habitants de notre commune, nous voulons leur donner les moyens de rester dans la commune, dans leur propre foyer. Le bail emphytéotique est un instrument approprié pour accéder à l’acquisition d’une maison à un prix raisonnable. Nous avons aussi de plus en plus de familles monoparentales dans la commune. Elles doivent pouvoir acquérir une maison. Pour le Bowengsbierg – l’ensemble des logements seront loués. Nous restons propriétaires et tout se fera sur location.
Nous sommes aussi favorables à des lotissements privés que nous considérons comme complémentaires à notre action. Un lotissement privé avec une centaine de maisonnées est actuellement en construction à Roodt-sur-Syre et plusieurs promoteurs ont introduit des demandes pour d’autres projets. Notre nouveau PAG offre encore beaucoup de possibilités de création d'espace habitable. Nous sommes naturellement intéressés à ce que les nouveaux projets intègrent des concepts d’énergie passive et de basse énergie.
Suite à la loi de 2004 sur l’aménagement du territoire, il faut établir des plans directeurs pour considérer de façon plus globale le lotissement, réfléchir à comment il s’intègre dans l’infrastructure existante. Nous souhaitons une croissance modérée, en laissant la chance aux nouveaux habitants de prendre pied et de s’intégrer dans la commune, et aux plus anciens de s’habituer progressivement aux changements.


Betzdorf


Simone ADAM et Taiga Lili:

« Nous habitons dans la commune depuis 1996 et à Berg depuis 2000. Nous aimons bien la convivialité des gens, notre fille se plaît bien dans la nouvelle école, l’environnement naturel est très agréable »




Comment encouragez-vous les habitants à participer activement à la vie de la commune ?
En tant que responsables politiques, nous devons nous demander en permanence: que faut-il faire pour que les gens aient envie de cette participation et en voient l’utilité? Dans cette perspective, nous proposons beaucoup d’activités au cours de l’année. Ainsi, la réception du Nouvel An, à laquelle nous invitons l’ensemble de la population, est l’occasion de porter un regard sur ce qui a été fait pendant l’année écoulée et sur les nouveaux projets.
Chaque année, nous organisons une action de plantation d’arbres en l'honneur des nouveaux-nés de l'année précédente. L’objectif est que les parents se connaissent entre eux, et aussi de leur expliquer toutes les dispositions dont ils peuvent bénéficier au niveau communal.
En septembre, nous offrons une réception de bienvenue pour les nouveaux habitants. Il est important, pour moi en tant que bourgmestre, de connaître personnellement les personnes qui s’installent sur notre territoire. Je leur présente la commune, je leur explique comment ils peuvent s’engager dans l’une des 30 associations locales. S’ils souhaitent s’engager davantage, ils peuvent s’inscrire dans l’une ou l’autre des 15 Commissions consultatives, dès qu’une place devient vacante.
Nous faisons en sorte que la communication avec l’habitant – les décisions du Collège échevinal et du Conseil communal- soit claire et directe, par le biais du Gemengebuet, qui sort 4 à 5 fois par an, et de notre site Internet (www.betzdorf.lu). Ceux qui le désirent peuvent consulter une Newsletter qui les informe sur l'actualité communale.
Par ailleurs, chaque 2e semaine, je suis disponible pour rencontrer les habitants lors d’une "Biergerstonn" (l'heure du citoyen).

Quelle importance la Commune accorde-t-elle à son patrimoine architectural (anciennes fermes, châteaux, structures ferroviaires …) ?
Le patrimoine culturel est très important. Nous avons déjà inscrit plusieurs bâtisses sur l’inventaire supplémentaire des Sites et Monuments – des maisons que ni l’État ni la Commune ne peuvent détruire ou réaménager, à moins de s’engager à les reconstruire suivant l’architecture originale, en les combinant éventuellement avec des éléments contemporains. Notre bâtiment communal est aussi classé. Ainsi à Roodt-sur-Syre, la Maison Petry, une ancienne ferme, fait actuellement l’objet de travaux de reconversion en vue d’un projet très intéressant d’apparthotel et de restauration.

Les forêts recouvrent une grande partie du territoire de la commune, ce qui lui confère un indéniable caractère "vert". Quels sont vos objectifs en matière de respect de l’environnement ?
Deux gardes forestiers compétents et passionnés administrent l’ensemble des 730 hectares de forêts sur notre territoire. La gestion responsable de nos forêts sera prochainement étayée par une certification. Le respect de l’environnement relève de la responsabilité de la collectivité, mais aussi de chaque individu. Dans ce contexte, nous possédons une réserve naturelle à Mensdorf qui s’inscrit dans le programme de renaturation de la Syre, et dans laquelle une faune et une flore extraordinaires se sont développées depuis quelques années.
Par ailleurs, nous avons l'intention de donner aux habitants la possibilité de se faire conseiller par un spécialiste dans leurs projets de rénovation ou de nouvelles constructions, de sorte à ce qu'ils puissent prendre en compte à chaque fois le volet écologique.

De quelle façon des institutions sociales comme l’Institut Saint-Joseph ont-elles marqué le caractère de la commune en général ?
La population est pleinement convaincue de l’utilité de ces structures et elle prend exemple de leur engagement. Les personnes handicapées font partie de notre quotidien. Nos citoyens n’ont aucun sentiment de rejet à leur égard. En tant que responsables communaux, nous nous efforçons toujours de les intégrer dans le fil du quotidien comme dans les grands événements du calendrier.



Betzdorf

« Les gens vont et viennent à Betzdorf, nous les anciens, les agriculteurs, on demeure »

René Grechen a 69 ans et travaille comme agriculteur (il élève des bovins) dans sa ferme ancestrale à Betzdorf. En 50 ans, il a traversé toutes les modes et techniques.

« Des changements dans l’agriculture, j’en ai vu depuis 1954 , et presque jamais dans le bon sens ! »

La ferme de M. Grechen est l’une des plus anciennes bâtisses de la commune: construite en 1777 par l’un des aïeux de René – Pierre Grechen – elle garde le cachet sobre, fonctionnel et spacieux typique du monde rural d’antan.


Comment répondez-vous aux besoins des personnes âgées ?
Notre objectif est de permettre aux personnes âgées de rester le plus longtemps possible chez elles. Ainsi une partie des logements du projet Bowengsbierg seront réservés pour des personnes âgées. Nous avons également acquis un certain nombre de places dans les centres intégrés pour personnes âgées à Grevenmacher, Niederanven, Junglinster et Berbourg. Par ailleurs, je suis contente qu’on puisse compter sur des partenaires actifs en matière de soins à domicile afin d’encadrer correctement les personnes âgées. De nos jours, on assiste à un effritement du concept familial traditionnel, dans lequel chaque famille prenait soin de ses membres. D’une façon générale, les individus tendent à s’isoler les uns des autres, ce que je considère comme un processus préjudiciable. Les responsables politiques au plan local et national ont le devoir de sensibiliser les gens à la nécessité de s’entraider.

Quelle attention apportez-vous à la part d’étrangers dans la population ?
Nous menons une politique très engagée en faveur des citoyens étrangers. Ceux-ci constituent 33,7% de notre population et représentent 50 nationalités différentes. La Commission consultative des étrangers est à l’origine de très nombreuses initiatives en faveur de la population étrangère, des fêtes interculturelles mais aussi des soirées de conversation où les gens peuvent apprendre à parler le luxembourgeois, avec l’aide bénévole de certains concitoyens luxembourgeois.
Magazine Wunnen
www.wunnen-mag.lu | info@wunnen-mag.lu