Inscription à la newsletter :

02.03.2022

Communiqué de presse

Haut-Martelange

Sam Tanson et Lex Delles ont visité le circuit souterrain au Musée de l’Ardoise revalorisé


Communiqué par : ministère de l’Économie / Direction générale du tourisme / ministère de la Culture
Le mardi 1 mars 2022, Sam Tanson, ministre de la Culture, et Lex Delles, ministre du Tourisme, en compagnie de Marco Schank, président de l’asbl Musée de l’Ardoise ont invité la presse à une visite des chambres souterraines des anciennes ardoisières de Haut-Martelange. Cette ancienne friche industrielle est située au cœur de la vallée de la Rombach, dans la commune de Rambrouch. Le site a été acquis par l’État luxembourgeois en 2003. Sous la tutelle du ministère de la Culture, le Service des sites et monuments nationaux (SSMN) a donné une nouvelle impulsion au projet de sauvegarde de ce patrimoine industriel.

« Notre patrimoine ne saurait se résumer aux simples vestiges du passé, c’est notre héritage culturel que nous nous devons d’entretenir et d’animer afin de rendre l’histoire palpable et de la transmettre d’une façon immédiate et vivante » a affirmé la ministre de la Culture durant son discours, précisant en outre que « les travaux muséaux entrepris et encore en cours ajouteront sans doute à l’attractivité du site et de la région toute entière. Des sites culturels comme celui des anciennes ardoisières confèrent une identité et une visibilité à une région, et constituent un élément essentiel de la décentralisation et de la démocratisation de la culture. Le musée de l’ardoise doit permettre au public de comprendre l’histoire de la région, de saisir notre propre histoire et de conférer une sorte d’identité collective qui dépasse les frontières. Il a également vocation d’être un lieu vivant, un espace propice aux échanges où des synergies sont créées, contribuant ainsi au paysage culturel local, régional et national. »
A partir de juin 2018, des travaux d’aménagement et de revalorisation ont été mis en œuvre par le SSMN afin mettre en valeur le site et de promouvoir des activités didactiques, culturelles et touristiques. Ce projet inclut notamment l’aménagement d’un circuit sécurisé dans l’ancienne galerie Johanna. Un total de 7 chambres souterraines, réparties sur une longueur d’environ 350 mètres et une profondeur allant jusqu’à 42 mètres sous terre permettra aux futurs visiteurs de découvrir une partie inédite de la carrière.
Lors de la visite en présence des ministres de la Culture et du Tourisme, les représentants de la presse ont pu découvrir ce circuit souterrain inédit en avant-première. Le musée devrait accueillir les premiers visiteurs au cours de la saison estivale 2022.

Une étape importante pour le tourisme de mémoire

Le ministre du Tourisme, Lex Delles, a souligné que « la revalorisation du Musée de l’Ardoise offre une excellente opportunité pour le tourisme de mémoire, qui fait partie des priorités gouvernementales et qui entend notamment mettre en valeur le patrimoine industriel du Grand-Duché. Il convient de souligner dans ce contexte que l'extraction et le traitement de l'ardoise représentait la deuxième plus grande industrie du Grand-Duché et jouait un rôle économique considérable pour le pays jusqu’au milieu du 20e siècle. Le site des ardoisières de Haut-Martelange est un témoin exceptionnel et unique de ce passé florissant. L’aménagement et l’exploitation des chambres souterraines des anciennes ardoisières de Haut-Martelange ont permis de créer une attraction touristique exceptionnelle avec un énorme potentiel. La revalorisation du Musée de l’Ardoise constitue également une étape importante pour le tourisme en milieu rural, qui dispose désormais d’un site touristique revalorisé capable de séduire aussi bien les résidents que les touristes étrangers. Ce musée constitue donc non seulement un nouveau pôle d'attraction touristique exceptionnel, mais il permet également d’éveiller une prise de conscience au sujet de l'histoire du patrimoine industriel luxembourgeois. »


Le site des ardoisières de Haut-Martelange est un témoin exceptionnel et unique d'un passé florissant.

Photos: Philippe de Gruiter / Wunnen Magazine
Magazine Wunnen
www.wunnen-mag.lu | info@wunnen-mag.lu