Inscription à la newsletter :

14.02.2014

Communiqué de presse

Le chantier se prépare

Projet de réaménagement de la Vieille Ville

En septembre 2014 commencera selon toute vraisemblance le chantier dans la Vieille Ville qui s’étendra de la rue Notre-Dame et de la Rue du Fossé jusqu’à la rue Sigefroi en passant par la rue de l’Eau, la rue du Rost, la rue de la Boucherie, la rue du Curé, la rue du Marché-aux-Herbes, la Grand-Rue, la rue du Nord et la Côte d’Eich. Les travaux sont prévus par phases, pour s'étaler sur une durée globale d’environ sept ans. Le chantier s’intègre dans un concept général élaboré par Arlette Schneiders Architectes pour la Ville de Luxembourg : l’amélioration de la qualité de vie des riverains et des visiteurs et le raccordement visuel et matériel des différents espaces sont au cœur du concept, sans oublier le respect du patrimoine existant et la documentation des vestiges du passé. En effet, les rues, les ruelles et les places de la Vieille Ville, inscrites sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco, sont parmi les plus anciennes de la capitale. La Ville se doit donc de mettre cet ensemble à sa juste valeur.

Création d'espaces harmonieux

Ainsi, le projet de réaménagement prévoit la création d’espaces généreux et harmonieux. Les rues et les places seront fusionnées pour former une unité cohérente, tout en mettant en valeur le bâti historique et en soulignant l’attrait touristique et commercial de la Vieille Ville. Les espaces libres de la Vieille Ville auront ainsi un aspect et un fonctionnement se rapprochant de leur aspect d’antan, avant les transformations infrastructurelles liées à l’arrivée de l’automobile. L’espace pour piétons s’unira d’ailleurs à l’espace pour automobilistes, entraînant une priorité absolue pour les piétons et allant de pair avec une réduction de la vitesse des véhicules motorisés. Par ailleurs, le projet de réaménagement de la Vieille Ville prend en considération les différentes fonctions que l’espace public peut avoir et la Ville accorde donc un soin particulier à l’aménagement et l’accessibilité. Les terrasses, les places publiques, les parvis et l’accès aux bâtiments seront clairement définis et mis en évidence et le mobilier urbain démarquera les différents espaces, tout en garantissant une unité visuelle. Le projet sera ensuite complété par des groupements d’arbres plantés à des endroits stratégiques, permettant de structurer l’espace. Le réaménagement permettra également d’égaliser la différence de niveaux topographiques dans cette partie de la capitale. L’objectif est de réduire les seuils et les obstacles, les remplaçant par des transitions douces, et de créer un maximum de formes plates, tout en garantissant la protection des piétons. Cette uniformisation contribuera par ailleurs à augmenter l’attractivité des rues de la Vieille Ville en la rendant accessible à tous : utilisateurs quotidiens, flâneurs, parents avec poussettes, personnes en chaise roulante, personnes âgées...

Regroupement des différentes interventions

En ce qui concerne les travaux d’infrastructure et de phasage, la Ville de Luxembourg regroupera différentes interventions techniques individuelles dans l’organisation d’un seul chantier afin de concentrer et de minimiser les nuisances résultant de travaux d’infrastructures. Le réaménagement de la Vieille Ville permettra ainsi de renouveler également les canalisations et les réseaux dits secs, comme l’électricité, les lignes téléphoniques, les fibres optiques et l’éclairage public. Ces travaux ont été planifiés en étroite collaboration avec le Service de la circulation, afin de trouver le meilleur compromis entre avancement des travaux et accessibilité aux riverains.L’ensemble des travaux de réaménagement de la Vieille Ville sera exécuté à partir de septembre 2014 sur environ sept années en quatre grandes phases. La première phase se concentrera sur la rue Sigefroi entre 2014 et 2016. Le planning détaillé des trois phases suivantes est en cours d’élaboration et sera adapté aux contraintes techniques et de circulation. Dans la rue Notre-Dame et la rue du Fossé, une anticipation récente des travaux d’infrastructures s’est avérée nécessaire. Les travaux dans le cadre du présent projet s’y limiteront ainsi au réaménagement en surface.

Nouveau revêtement de sol

Le nouveau revêtement du sol est prévu essentiellement aux endroits actuellement revêtus de macadam, respectivement présentant une multitude de revêtements. Les surfaces actuellement pavés sont conservées, sauf de manière ponctuelle, et les pavés anciens récupérés seront conservés en vue de réparations futures. Une seule pierre sera ensuite mise en œuvre pour les différents aménagements : le granit beige. Celui-ci a déjà pu faire ses preuves dans le rue de l’Eau où un échantillon grandeur nature a déjà été posé lors des travaux d’infrastructures en 2007. Les formats de pavé utilisés sont des parallélépipèdes de forme allongée, avec des longueurs variant entre 40 et 80 cm et des largeurs qui varient entre 10 et 20 cm. Cet éventail de tailles différentes permet d’atteindre un aspect visuel qui se rapproche de celle des pavages anciens. En effet, bien que la pose soit ordonnée, le choix judicieux du mélange des diverses tailles de pavé permet un jeu de teintes et de réflexion de la lumière qui confère de la profondeur à l’ensemble. L’épaisseur des pavés est de 15 cm et la direction de pose est perpendiculaire à l’axe routier.

Fouilles archéologiques

Comme la Vieille Ville porte des témoignages des siècles passés, le Centre national de recherche archéologique effectuera des fouilles aux différents endroits. En effet, lors de travaux d’aménagement ou d’infrastructures dans une zone d’une telle importance historique au cœur de la capitale, il est primordial de mener des fouilles préventives pour déterminer la présence éventuelle de vestiges archéologiques. L’étude des témoins du passé permet ainsi de préciser l’évolution de la Vieille Ville et d’assurer une documentation de qualité du patrimoine. Ainsi, à l’instar des travaux récents d’infrastructures de la rue du Fossé, la Ville travaille main dans la main avec le Centre national de recherche archéologique : au fur et à mesure de l'avancement du chantier, chaque tranchée sera d'abord à la disposition des archéologues pour une période déterminée, puis les équipes de chantier effectueront les travaux d’infrastructures proprement dits. Le chantier peut ainsi être planifié tout en respectant l'importance du patrimoine historique.

Quelques chiffres

Tonnes de pierre de granit : 8200 t Nombre d’arbres plantés : environ 60 Surface totale du projet de réaménagement : env. 21.000 m² (rue Notre-Dame inclus)

Vote du projet

Le projet de réaménagement de la Vieille Ville a été présenté en date du 17 octobre 2011 au Conseil communal qui a donné son accord de principe. L’enveloppe budgétaire pour la partie « rue du Rost » (env. 1,5 millions € ttc) a été votée en date du 17.10.2011 et celle pour la partie « rue Sigefroi » (env. 3,3 millions € ttc) a été votée en date du 15.7.2013. Les enveloppes budgétaires des autres parties du projet de réaménagement de la Vieille Ville seront votées par phases.

Reconnaissance du projet

Le projet de réaménagement de la Vieille Ville a participé à un appel international de l’Organisation des Villes Patrimoine Mondial (OVPM) en 2012 : ensemble avec 12 autres projets, il a été sélectionné comme « projet exemplaire » dans le cadre de l’Atelier « En route vers Oaxaca » qui s’est déroulé en juin 2013 à Cordoue (Espagne). En novembre 2013, le projet a ensuite fait partie de la sélection officielle du XIIe Congrès Mondial de l’OVPM qui s’est tenu à Oaxaca au Mexique.
Magazine Wunnen
www.wunnen-mag.lu | info@wunnen-mag.lu