Inscription à la newsletter :

14.10.2015

Une sculpture pour un mythe luxembourgeois

Melusina sur Alzette

La petite sirène de Copenhague n'a qu'à bien se tenir!! Nous avons désormais notre belle Melusina sur les bords de l'Alzette qui lui fera sacrément concurrence ! Bravo à Serge Ecker, l'artiste qui a conçu et réalisé cette nouvelle sculpture pour la Ville de Luxembourg et qui trône désormais devant l'Abbaye de Neumünster.

Ce mercredi 14 octobre 2015, le Collège des bourgmestre et échevins a inauguré l’œuvre plastique « Melusina » installée en face de l’abbaye de Neumünster, au bord de l’Alzette dans le quartier du Grund, en présence notamment de l’artiste Serge Ecker. Celui-ci a remporté le concours lancé par la Ville de Luxembourg en juillet 2013 dans le cadre de son 1050e anniversaire.
« Mon travail se base sur un scan tridimensionnel d’une femme réelle. A l’aide de technologies digitales, elle a été déconstruite pendant le scan en un grand nombre de fragments et surfaces. Par la suite, elle a été digitalement recomposée et la trace de la femme d’origine a subi des changements liés aux paramètres utilisés. Par cette abstraction digitale et à l’aide d’outils informatiques de sculpture et de modélisation digitale, il est obtenu un modèle polygonal low-poly. C’est une représentation contemporaine d’histoire interactive de Mélusine. » (Extrait de la note d’intention de l’artiste)
L’œuvre, en pyrogranite violet, est posée sur un socle en béton blanc invitant le passant à s’asseoir à côté de Melusina pour prendre une photo ou tout simplement savourer un moment de repos en contemplant l’Alzette et le rocher du Bock qui constituent le cadre idéal pour l’implantation de l’œuvre, la légende de Melusina étant fortement liée au site.

La légende de Mélusine (texte du panneau explicatif)


Un jour le comte Sigefroid se promena sur les bords de l’Alzette quand il rencontra une princesse plus belle que le jour. Cette adorable créature était la nymphe de l’Alzette qui, sous le nom de Mélusine, faisait le charme de la vallée. Sigefroid, épris de tant d’attraits, s’empressa d’offrir son cœur et sa couronne à la jeune dame qui les accepta. Toutefois, Mélusine émit une condition que Sigefroid devait observer sous peine de la perdre à jamais. Le samedi, le comte devait laisser Mélusine seule dans sa chambre, sans la voir ni s’enquérir de ce qu’elle ferait. Sigefroid prit cet engagement et le mariage fut célébré. Pendant de longues années le couple vécut heureux et il eut beaucoup d’enfants. Cependant un samedi, Sigefroid passa à côté de la chambre de Mélusine et, entendant des bruits, regarda par le trou de la serrure. Quel fut son effroi quand il la vit s’ébattre nue dans un large bassin, son corps se terminant en queue de poisson. La véritable nature de Mélusine révélée, celle-ci s’engloutit dans la terre en poussant un cri déchirant. Depuis ce temps la nymphe de l’Alzette est enfermée dans le rocher du Bock d’où elle ne réapparaît que tous les sept ans.
Magazine Wunnen
www.wunnen-mag.lu | info@wunnen-mag.lu