Inscription à la newsletter :

18.06.2010

La profession libérale d’architecte d’intérieur enfin reconnue

La profession libérale d’architecte d’intérieur enfin reconnue
L'Ordre des Architectes et des Ingénieurs-Conseils (OAI) a présenté son nouveau groupe de membres, les architectes d'intérieur, à Françoise Hetto-Gaasch, ministre des Classes moyennes.
Le 17 juin 2010, l’OAI a présenté à Françoise Hetto-Gaasch, ministre des Classes moyennes, le nouveau groupe de membres qui lui a été incorporé, à savoir les architectes d'intérieur.
La délégation de l'OAI était représentée par son Président Bob Strotz, architecte, son Directeur Pierre Hurt, ainsi qu’une délégation d’architectes d’intérieur parmi lesquels Christiane BESCH, architecte d’intérieur, membre du Comité des Architectes.
Les architectes d’intérieur exerçant à titre d’indépendant peuvent désormais s’inscrire à l’OAI. Pour les nouveaux membres, il s'agit ici de la reconnaissance officielle d’une profession longtemps méconnue.
Désormais les directives sont précises:

La qualification professionnelle de l’architecte d’intérieur est sanctionnée par un diplôme de fin d’études universitaires ou d’enseignement supérieur reconnu par l’Etat luxembourgeois.

La loi sur le droit d’établissement dispose que « la profession d’architecte d’intérieur indépendant consiste à créer et à composer des espaces intérieurs, à établir les plans d’une telle œuvre, à effectuer la synthèse et l’analyse des activités diverses participant à la réalisation d’une telle œuvre. »

Ne peuvent porter le titre d’« architecte d’intérieur » et exercer la profession indépendante d’architecte d’intérieur que des personnes inscrites au Tableau de l’Ordre des Architectes et des Ingénieurs-Conseils, qui possèdent une autorisation d’établissement émise par le ministère des Classes moyennes et dont le diplôme est inscrit au registre des titres d’enseignement supérieur.

Vu la loi régissant l’OAI, les architectes d’intérieur ne sont pas autorisés à présenter, auprès des instances publiques, des projets soumis à autorisation de bâtir. Dans un tel cas, l’architecte d’intérieur travaillera avec un architecte, voire un ingénieur-conseil.
La profession, tout comme celles de l’architecte et de l’ingénieur-conseil, est soumise à une stricte déontologie. Elle est notamment indépendante de toute activité commerciale ou entreprise liée à la construction ou à l’ameublement.

L’architecte d’intérieur a comme objectif principal la défense des intérêts de son client. Il est à l’écoute du client pour définir ses besoins, objectifs et désirs dans le cadre du budget fixé et dans le contexte de la surface et du volume donné.

L’architecte d’intérieur analyse les relations complexes et les interférences subtiles entre les différents niveaux du design: l’espace, l’objet, l’économie, l’écologie, les techniques, la culture, etc. Il mène l’architecture à son terme dans le détail rationnel et poétique par la maîtrise des volumes, de la lumière, des couleurs, des matériaux et du mobilier afin de créer des lieux non seulement opérationnels, mais reflétant l’identité du maître d’ouvrage.
Située dans cette perspective très spécifique, la pratique professionnelle est néanmoins structurée comme celle de l’architecture: concevoir le projet, établir les plans et effectuer la coordination et la supervision de la réalisation.

Son activité professionnelle couvre une part du champ de l’architecture, les microarchitectures et les aménagements d’espaces intérieurs publics et privés - et le design par la création de meubles et d’objets complétant ces espaces.

Tant au niveau de nouvelles constructions et de réaménagements, dans le cadre du concept architectural, qu’au niveau de la rénovation de bâtiments anciens et historiques, l’architecture d’intérieur est un atout indispensable.

Les architectes d’intérieur inscrits au Tableau de l’Ordre peuvent être trouvés dans l’annuaire des membres du nouveau site www.oai.lu.
Magazine Wunnen
www.wunnen-mag.lu | info@wunnen-mag.lu