Inscription à la newsletter :

01.09.2008

Jean Ries : 'Luxembourg Goes Galactic'

Jean Ries : 'Luxembourg Goes Galactic'
Jean Ries : 'Luxembourg Goes Galactic'
Le texte qui suit est un complément d'information à la rubrique 'Favourite place' avec Jean Ries dans le magazine no 9

Dans le cadre de l’initiative LUXEMBOURG GOES GALACTIC, Jean Ries, chef d’entreprise, sera le premier Luxembourgeois à prendre part au début de l’ère du tourisme spatial.
Sur une idée de Paul Allen, cofondateur de Microsoft et de Virgin GALACTIC, qui souhaitait organiser des vols spatiaux à des fins commerciales et non dans le cadre de projets gouvernementaux, la navette SpaceShipOne est développée et construite avec le concours du designer légendaire Burt Rutan en 2001. En juin 2004, cette navette spatiale réalise une prouesse en accomplissant son premier vol avec un équipage à bord. En octobre, SpaceShipOne atteint une altitude record de 368 000 pieds qui lui permet de remporter le prix «Antari X Price» d’une valeur de 10 millions de dollars. Cette même année, Richard Branson et Burt Rutan imaginent la première agence spatiale commerciale: Virgin GALACTIC.

Après le succès sans précédent de l’année 2004, Virgin GALACTIC lance un programme de recherche et de développement afin de rendre accessible à un grand nombre l’exploration de l’univers à bord de SpaceShipTwo et des navettes suivantes. Les exigences maximales en termes de sécurité et de compatibilité avec l’environnement nécessitent la recherche et l’utilisation de technologies innovantes. Ainsi, les appareils sont construits avec des composants légers afin de diminuer la consommation de carburant. En outre, la conception de nouveaux systèmes de propulsion et la recherche de carburants respectueux de l’environnement, ainsi que la construction de navettes spatiales ne se désagrégeant pas en débris spatiaux après plusieurs vols, permettront de proposer le transport des hommes et du matériel en altitude suborbitale et l’exploitation de la gravité locale – trajet sans propulsion jusqu’au lieu de destination – à un prix raisonnable et de développer à long terme un créneau commercial attractif. À l’avenir, les voyages transcontinentaux devraient être plus rapides, plus performants et aussi plus écologiques. À titre d’exemple, la durée de vol des États-Unis à l’Australie serait estimée à 2h30. Le tourisme spatial pourrait également avoir des répercussions sur les modes de transport; par exemple, l’utilisation d’équipements tels que les microsatellites est envisageable.

Fascinés par ce projet innovant et exigeant d’un point de vue scientifique, les responsables du projet LUXEMBOURG GOES GALACTIC, d’origine luxembourgeoise, contactent Virgin GALACTIC dès mars 2005 pour obtenir des informations complémentaires et participer à un vol. Un an plus tard, la participation du Luxembourg est confirmée et un représentant de LUXEMBOURG GOES GALACTIC est admis au club des pionniers. Jean Ries fait partie des 100 chanceux sélectionnés qui décolleront pour l’espace, et ce probablement déjà en 2010. En juillet 2006, Richard Branson confirme son admission officielle au club «Virgin GALACTIC Founders Club».

L’entrepreneur luxembourgeois Jean Ries, passionné de vol depuis l’âge de 16 ans, affirme avec certitude «… nous entrons dans une nouvelle ère, une nouvelle industrie est en train de naître, et le Luxembourg a son rôle à jouer». Jean Ries a déjà prouvé son engagement en tant que directeur de nombreuses associations d’aviateurs, auteur d’œuvres spécialisées sur le vol et fondateur du «Musée de l’aéronautique luxembourgeoise». L’entrepreneur chanceux et ses alliés de LUXEMBOURG GOES GALACTIC vont sans aucun doute répandre le tourisme spatial et les voyages dans l’espace. En effet, ils pensent que le Luxembourg doit saisir les opportunités offertes par ce projet médiatique et prometteur.

À ce jour, 65 000 personnes de 125 nationalités différentes se sont déjà inscrites pour participer à cette aventure, qui devrait débuter en 2010 avec deux vols par jour. Elles pourront alors vivre l’ascension de SpaceShip hissée à 50 000 pieds d’altitude par le véhicule porteur, puis la propulsion de la fusée, avant d’être éjectées à 110 km de la terre en moins de 30 secondes, soit à une vitesse trois fois supérieure à celle du son. Une fois dans l’espace, les passagers découvriront la sensation de l’apesanteur pendant 15 minutes et pourront voir la planète Terre comme ils ne l’ont jamais vue. La durée totale du voyage est de 2h30. Le prix du vol s’élève actuellement à 200 000 $ avec une tendance à la baisse.
Le Spaceport America (aéroport spatial), prévu pour fonctionner uniquement avec des énergies renouvelables, est déjà en cours de construction au Nouveau-Mexique. D’autres aéroports spatiaux devraient aussi voir le jour au Royaume-Uni, en Suède et en Australie.

LUXEMBOURG GOES GALACTIC
Jean Ries
Wenkelhiel 6
L-5680 Dalheim
Tél.: (+352) 621 146 502
Fax: (+352) 26 67 09 48
E-mail: Riesclan@pt.lu
Magazine Wunnen
www.wunnen-mag.lu | info@wunnen-mag.lu