Inscription à la newsletter :

06.07.2011

Kreatiffabrik

Differdange veut lancer un centre d’industries créatives

Differdange veut créer un centre d’industries créatives
Differdange veut créer un centre d’industries créatives
La Ville de Differdange a annoncé hier, lors d’une conférence de presse suivie d’un workshop d’idées, un nouveau projet, intitulé provisoirement « Kreatiffabrik ». Le concept porte sur la reconversion d’un site industriel attribué par Arcelor Mittal à la commune sous forme de concession emphytéotique, qui deviendrait un véritable incubateur d’industries créatives dans les secteurs des arts et du numérique.
Rendu disponible prochainement dans le cadre de l’achèvement du contournement qui reliera le centre-ville à la collectrice du sud ("Rocade de Differdange), le site s’étend sur 1,7 hectare et comprend trois bâtiments industriels offrant une surface totale de 18.000 m².
Développé depuis deux ans, le projet « Kreatiffabrik » a fait l’objet d’une étude confiée par la Ville de Differdange au bureau de consulting Peacefulfish (Bruxelles-Berlin).

Loyers abordables et flexibilité d’espace

Lors de sa présentation, le bourgmestre Claude Meisch a exposé les différentes réflexions qui ont été menées autour de ce projet. Il a rappelé comment la Ville de Differdange s’efforce depuis plusieurs années à promouvoir la vie culturelle et le soutien aux artistes et créateurs. Ainsi, en 2009, la Ville a lancé un projet d’ateliers d’artistes, en mettant à disposition des espaces aux créatifs de la Grande Région. Ce projet original a suscité un grand intérêt, tout en mettant en évidence le manque de lieux de travail et d’échange que ressentent de nombreux créatifs et artistes.
De là l’idée et la volonté de chercher des opportunités allant dans ce sens, ce qui est justement le cas avec la Kreatiffabrik, à une échelle de bien plus grande ampleur.
En prenant en concession pour 30 ans les bâtiments d’ArcelorMittal, la Ville de Differdange fait d’une pierre plusieurs coups, pour ainsi dire. Elle affirme sa volonté d’associer l’héritage et le patrimoine industriel de la ville à un développement urbain innovant. Le site « Kreatiffabrik » devrait être de nature à attirer les industries créatives les plus diverses, entreprises spécialisées dans la création numérique, designers de tous bords, architectes, sociétés de communication, artistes professionnels, studios d’enregistrement… L’intention est de fournir à ces entités créatives des infrastructures de travail alliant les facteurs loyer raisonnable et modularité d’espace. Sans oublier le fait de pouvoir cultiver des interactions avec les différents autres acteurs présents sur le site.
Kreatiffabrik permettra de multiplier les synergies, non seulement à l’intérieur du site, entre les différents occupants, mais aussi avec le reste de la ville - une ville où le secteur des médias est déjà bien représenté - et avec le site Esch-Belval. Par ailleurs, il est prévu que le site reste pour une grande part accessible au public, avec l'inclusion notamment d'espaces d'exposition et de restauration.
L’implantation de la Kreatiffabrik devrait également avoir comme effet de créer de nouveaux emplois, ce qui est à espérer dans une ville dont la population a été fortement affectée par le chômage depuis le début de la crise.
Sur le plan urbanistique, ce nouveau pôle d’activités d’un style spécial constituera une sorte de zone tampon entre le quartier d’habitation du Fousbann et les accès routiers vers la collectrice.

Un projet collaboratif

Selon Thierry Baujard, de la société Peacefulfish, le Grand-Duché constitue un « ecosystème opportun » pour la mise en place d’un projet tel que celui de la Kreatiffabrik. Il s’agit d’un modèle de conversion industrielle durable et innovante qui se développe un peu partout en Europe. Quelques exemples : The Hospital Club à Londres, La Malterie à Lille, The Creative Factory à Rotterdam, la Commune Image à Saint-Ouen ou encore le Digital Hub à Dublin. Dans chaque cas, il y a la remise en valeur d’une infrastructure historique, l’implication de la communauté locale et l’ambition d’internationaliser la plateforme.
C’est l’architecte Jean-Paul Carvalho qui se verra attribuer la mission de rénover les trois bâtiments et de leur donner une fonctionnalité en accord avec les besoins des futurs locataires et la philosophie de l'incubation de créativité. La réhabilitation devrait se faire dans un esprit de minimalisme et de budget maîtrisé, en gardant les structures et leur côté brut, le genre de cadre propre à inspirer les créatifs et les artistes. Dans son concept, l’architecte Jean-Paul Carvalho développe des solutions adaptées à l'interaction et à la flexibilité qui caractérisent les modes de travail innovants des créatifs d'aujourd'hui, par exemple en disposant, sur tout le premier étage du "bâtiment 1", des boxes semi-cloisonnés, autonomes (en eau, électricité, informatique, chauffage) qui constitueront des volumes dans le grand volume et qui seront facilement modulables en fonction des utilisateurs.

Quelle échéance ?

La signature définitive du contrat de concession avec Arcelor Mittal reste à effectuer, car elle est liée à la clôture du projet « Rocade », mais elle devrait intervenir dans les prochains mois. D’après Manuel Lopes Costa, architecte de la Ville de Differdange, il y a de fortes chances pour que le projet Kreatiffabrik commence à se matérialiser en 2012. Entretemps, des analyses des sols et des bâtiments sont en cours de réalisation, avec des résultats jusqu'ici probants.
Afin de bien définir les besoins et les attentes par rapport à une structure de ce genre, la Ville souhaite également engager une prise de contact et un échange d’idées avec les créatifs de tous bords intéressés par le projet. Dans cette optique, il est intéressant de noter que le workshop qui a suivi la conférence de presse a bénéficié de la participation de nombreuses personnalités du monde des arts et de la culture.
Magazine Wunnen
www.wunnen-mag.lu | info@wunnen-mag.lu