Inscription à la newsletter :

23.07.2012

Etude de BNP Paribas Real Estate 1er semestre 2012

Baisse du taux de vacance suite à l'offre nouvelle limitée

Baisse du taux de vacance suite à l\'offre nouvelle limitée
Communiqué de presse
BNP Paribas Real Estate a présenté lors d’une récente conférence de presse les faits marquants de son étude sur le marché de l’immobilier d’entreprise au Luxembourg et en Europe à la fin juin 2012. Des chiffres qui ont généralement le moral à zéro, en conséquence de la conjoncture économique dégradée suite à la crise de la dette.

Europe

A l’exception de Londres et Bruxelles, les villes de l’Europe de l’Ouest ont enregistré des niveaux de transactions plus faibles pour le premier semestre 2012 par rapport à la période correspondante en 2011. A Madrid et Milan, la demande est restée particulièrement faible. Les taux de vacance sont restés stables au niveau européen, sauf à Madrid et à Bruxelles, où ils tendent à la hausse. Avec un taux de 5,7%, le Luxembourg affiche la valeur la plus basse. Les loyers « prime » se sont également stabilisés. Madrid baisse fortement à cause de son taux de vacance qui s’accroît. En ce qui concerne le volume d’investissement, Paris, Londres et Munich progressent de façon significative, grâce notamment à quelques grandes transactions. Les villes espagnoles et Milan son en net recul, ce qui reflète la faiblesse des marchés locatifs. Depuis mi-2011, les taux de rendement « prime » se sont globalement stabilisés en Europe. Luxembourg enregistre une légère hausse du taux de rendement qui atteint 5,25%, un niveau qui reste cependant inférieur à celui de 2007.

Luxembourg

En termes de volume, les transactions se situent au même niveau que 2011, contrairement au recul généralisé sur le plan européen. Cette résistance s’explique notamment par une meilleure absorption nette et la présence de plusieurs grandes transactions.
La ville de Luxembourg représente 64% de la demande placée, un chiffre à la hausse par rapport à l’an passé. Cependant, le marché a été moins dynamique en périphérie. En ce qui concerne la répartition par secteur d’activité, le secteur des services arrive en tête des transactions (78%). Les services financiers représentent presque la moitié de la demande placée. On s’attend cependant à une demande plus faible lors du 2e semestre à cause de la conjoncture européenne défavorable. Au niveau du marché locatif, le parc de bureaux a atteint 3,24 millions de m2 après la livraison de quelque 38.000 m² au 1er semestre 2012. Pour le deuxième semestre, 42.000 m² supplémentaires devraient être mis sur le marché. Les livraisons restent à des niveaux faibles, inférieures à la moyenne de ces dix dernières années. Le taux de vacance se situe à 5,7 % contre plus de 6% fin 2011, et il pourrait reculer encore jusqu’à la fin de l’année. Ceci s’explique par le fait que l’offre immédiate a continué de reculer face à une demande significative.
En ce qui concerne les loyers, le loyer « prime » est resté stable sur un an à 40 €/ m2/ mois. Le loyer moyen QCA en revanche continue sa progression et s’élève à 34 €, ce qui met en évidence la forte demande de bureaux pour ce secteur. Etant donné que le taux de vacance devrait poursuivre sa baisse, les loyers subiront une pression haussière.
Pour ce qui est du marché de l’investissement, celui-ci reste en retrait par rapport à l’année précédente. Le nombre de transactions ainsi que le volume ont baissé significativement en glissement annuel. Les produits les plus recherchés sont les bureaux, qui représentent environ ¾ des actifs investis. La part du commerce et de l’activité industrielle s’est réduit par rapport à 2011. Le taux de rendement « prime » bureaux se négocie actuellement à 5,25%, soit presqu’au même niveau qu’il y a un an. Il s’agit là de taux historiquement bas pour le Luxembourg.
L’étude de BNP Paribas Real Estate était présentée par Martin Heyse, Managing Director Luxembourg.
www.realestate.bnpparibas.com
Magazine Wunnen
www.wunnen-mag.lu | info@wunnen-mag.lu